NOUVELLES
18/10/2017 13:00 EDT | Actualisé 18/10/2017 13:20 EDT

Brexit: Corbyn jeudi à Bruxelles, en marge du sommet européen

Jeremy Corbyn, le chef du parti d'opposition britannique travailliste, se rendra jeudi à Bruxelles pour rencontrer, en marge du sommet de l'UE, des responsables européens et tenter lui aussi de débloquer les négociations sur le Brexit, a annoncé mercredi le Labour.

Flanqué du M. Brexit du Labour, Keir Starmer, Jeremy Corbyn s'entretiendra notamment avec le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier, et le président du Parlement européen, Antonio Tajani.

Le Labour a le vent en poupe depuis les législatives du 8 juin au Royaume-Uni, qui ont vu les conservateurs de la Première ministre Theresa May perdre leur majorité absolue au Parlement, et Jeremy Corbyn fustige régulièrement la manière dont la Première ministre mène les discussions sur le Brexit.

Dans un communiqué publié par ses services, le chef de l'opposition reproche au gouvernement de Theresa May de se diriger "dangereusement" vers une sortie de l'UE sans accord avec Bruxelles, qui "menacerait les emplois et le niveau de vie (des Britanniques)".

"C'est pourquoi il est dans l'intérêt de tous d'augmenter la pression pour obtenir des vrais progrès dans les discussions", ajoute-t-il en plaidant pour "un Brexit qui donne la priorité à l'emploi en conservant un accès libre au marché unique".

Les dirigeants européens se retrouvent jeudi et vendredi pour un sommet à Bruxelles au cours duquel ils feront le bilan des cinq premières sessions de négociations.

Londres fait pression pour passer à la phase suivante des négociations et commencer à discuter de la future relation commerciale entre les deux partenaires.

Mais l'UE martèle que cela ne se fera pas tant que des "progrès suffisants" n'auront pas été enregistrés sur les trois dossiers jugés prioritaires: les droits des citoyens expatriés, les conséquences du Brexit pour l'Irlande et le règlement financier des engagements pris par le Royaume-Uni en tant que pays membre.

"Je n'attends aucune espèce de percée" lors du sommet, a affirmé mercredi le président du Conseil européen Donald Tusk.

eg/oaa/gde