NOUVELLES
18/10/2017 01:22 EDT | Actualisé 18/10/2017 01:40 EDT

Bahreïn accuse l'Iran d'héberger 160 "terroristes"

Le ministre de l'Intérieur à Bahreïn a accusé l'Iran d'héberger 160 Bahreïnis reconnus coupables de "terrorisme", dans une interview publiée mercredi par le quotidien arabe Asharq al-Awsat.

Cheikh Rached Al-Khalifa a affirmé que tous ces "fugitifs" avaient été déchus de leur nationalité dans des "affaires de terrorisme" ayant visé la police et les forces de sécurité du royaume de Bahreïn.

M. Khalifa a accusé les Gardiens de la révolution iraniens d'avoir entraîné ces personnes, reconnues coupables d'attaques ayant tué 25 membres des forces de sécurité bahreïnies et blessé 3.000 autres, selon Asharq al-Awsat.

Dans un discours vendredi dernier sur sa nouvelle stratégie concernant l'Iran, le président américain Donald Trump a ciblé les Gardiens de la révolution et annoncé de nouvelles sanctions contre eux.

Bahreïn, petit pays à majorité chiite dirigé par une dynastie sunnite, accuse régulièrement l'Iran de "tentatives de déstabilisation" via des groupes armés.

Le royaume est le théâtre de manifestations sporadiques depuis la répression en 2011 d'un mouvement de contestation ayant accompagné le Printemps arabe, au cours duquel des chiites ont demandé l'arrêt des "discriminations" et l'instauration d'une monarchie constitutionnelle avec des élections.

Bahreïn est le siège de la Ve Flotte des Etats-Unis.

En dépit des restrictions sur les libertés civiles, les Etats-Unis continuent de fournir des armes à Bahreïn qui a annoncé mardi la signature d'un accord avec l'entreprise américaine Lockheed Martin pour l'acquisition de 16 avions de combat F-16 améliorés d'un montant de 3,8 milliards de dollars.

str-ny/ras/mer