NOUVELLES
18/10/2017 07:47 EDT | Actualisé 18/10/2017 08:00 EDT

Aru et les dix transferts-choc de l'intersaison

Le recrutement du champion d'Italie Fabio Aru, officialisé par la formation des Emirats, est l'un des transferts marquants de l'intersaison. Revue des dix principaux:

Fabio Aru (27 ans, Italie), d'Astana à EAU:

Le Sarde s'est engagé pour trois ans en faveur de l'équipe émiratie, qui souligne "l'énorme potentiel" du vainqueur de la Vuelta 2015. "C'est un coureur qui peut susciter l'enthousiasme des fans. Il est très aimé pour sa générosité", insiste la nouvelle formation de l'Italien, vainqueur d'étape sur le Tour 2017 et maillot jaune pendant deux jours.

Warren Barguil (26 ans, France), de Sunweb à Fortuneo:

Le meilleur grimpeur du Tour descend d'un échelon, en deuxième division, mais obtient une plus grande liberté d'action. Dans sa nouvelle équipe d'identité bretonne, il retrouve un environnement régional à sa convenance et une carte blanche pour partir à l'attaque.

Jonathan Castroviejo (30 ans, Espagne), de Movistar à Sky:

Le triple champion d'Espagne du contre-la-montre rejoint l'équipe de Froome qui mise sur ses qualités de rouleur. Mais sa nouvelle formation joue surtout la carte jeunesse en faisant signer trois espoirs de premier plan, le grimpeur colombien Egan Bernal (vainqueur du Tour de l'Avenir), le sprinteur norvégien Kristoffer Halvorsen et le Russe Pavel Sivakov.

Marcel Kittel (29 ans, Allemagne), de Quick-Step à Katusha:

Le sprinteur numéro un du Tour de France, vainqueur de cinq étapes en juillet dernier, quitte la formation belge après deux années. Il laisse le champ libre au Colombien Fernando Gaviria (4 étapes du Giro) et remplace Aleander Kristoff chez Katusha.

Alexander Kristoff (30 ans, Norvège), de Katusha à Emirats:

Il a manqué à peine quelques centimètres au Norvégien, dans le sprint de Bergen, pour apporter le maillot arc-en-ciel de champion du monde à l'équipe des Emirats. Pour Kristoff, en manque de succès majeur, c'est l'occasion d'une relance au sortir de six années dans le même groupe.

Mikel Landa (27 ans, Espagne), de Sky à Movistar:

Le grimpeur basque retrouve l'Espagne après deux saisons passées dans l'équipe britannique. Il lui reste à s'affirmer en tant que leader pour les grands tours, probablement dans le Giro et la Vuelta en 2018 dès lors que Nairo Quintana se consacrera au Tour de France.

Dan Martin (31 ans, Irlande), de Quick-Step à EAU:

Le grimpeur-puncheur irlandais, remarquablement régulier au plus haut niveau, n'a pu concrétiser dans les grandes courses pendant les deux années passées dans l'équipe belge. A lui de trouver sa place, pendant les deux prochaines saisons, dans sa nouvelle formation à l'ADN italien (Aru et Ulissi comme autres puncheurs).

Louis Meintjes (25 ans, Afrique du Sud), d'EAU à Dimension Data:

C'est le retour au bercail pour le grimpeur sud-africain après une parenthèse de deux années qui lui ont permis de s'étalonner dans le Tour (8e en 2016 et 2017). Il aura à ses côtés une autre recrue, le puncheur néerlandais Tim-Jelte Slagter, pour offrir une alternative au pôle sprint (Cavendish, Boasson Hagen) de l'équipe sud-africaine.

Domenico Pozzovivo (34 ans, Italie), d'AG2R La Mondiale à Bahrein:

Après cinq années en France, le grimpeur du Mezzogiorno revient dans un environnement italien. Il pourra servir de lieutenant à Vincenzo Nibali en montagne ou faire office de leader en d'autres occasions. Son ancienne équipe n'est pas pour autant dépourvue: elle a recruté intelligemment en faisant appel à Tony Gallopin (Lotto) et au rouleur suisse Silvan Dillier (BMC).

Elia Viviani (28 ans, Italie), de Sky à Quick-Step:

Le champion olympique de l'omnium, très en vue dans la seconde partie de saison, a été choisi pour être l'autre sprinteur de la formation belge, avec Gaviria. Bryan Coquard, qui aurait pu tenir ce rôle, a opté pour la nouvelle équipe Vital-Concept, créée par Jérôme Pineau et classée pour ses débuts à l'échelon Continental Pro (2e division).

jm/ps