NOUVELLES
16/10/2017 20:16 EDT | Actualisé 16/10/2017 20:40 EDT

Yémen: attaque de drones contre des camps de l'EI, une première (sécurité)

L'armée américaine a affirmé avoir tué des dizaines de combattants du groupe Etat islamique dans deux camps visés lundi par des drones au Yémen, une première dans ce pays miné par la guerre.

"Les forces américaines ont tué des dizaines de membres de l'EI dans une frappe contre deux camps d'entraînement de l'EI (...) dans la province de Baïda, au Yemen, contrariant les tentatives de l'organisation d'entraîner de nouveaux combattants", a annoncé, dans un communiqué, le commandement américain qui supervise les forces américaines dans la région.

"L'EI utilise ces camps pour entraîner des militants en endurance ainsi qu'à mener des attaques terroristes utilisant des (fusils d'assaut) AK-47, des mitrailleuses et des lance-roquettes", selon le texte.

Auparavant, des sources de sécurité avaient affirmé que plusieurs membres de l'EI avaient été tués et blessés par les deux attaques de drones.

Des drones américains visent régulièrement Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) qui a renforcé son influence à la faveur du chaos provoqué par la guerre civile qui déchire le Yémen depuis plus de deux ans.

Les Etats-Unis, qui considèrent Aqpa comme la plus dangereuse des branches d'Al-Qaïda, ont intensifié les attaques contre ses membres depuis l'arrivée de Donald Trump à la présidence en janvier.

Mais c'est la première fois que des sources de sécurité liées au gouvernement internationalement reconnu font état d'attaques de drones contre l'EI.

A l'instar d'Aqpa, ce groupe jihadiste a également profité de l'instabilité politique et sécuritaire pour renforcer son influence et commettre plusieurs attentats.

Selon des témoins, des chefs tribaux avaient interdit aux familles des jihadistes présumés tués de récupérer les corps et de s'approcher des deux camps visés par les drones.

Au Yémen, la guerre oppose les forces du gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenues par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, aux Houthis, rebelles issue de l'importante minorité zaïdite, alliés à des unités de l'armée restées fidèles à l'ex-président déchu Ali Abdallah Saleh et accusés de liens avec l'Iran.

La guerre a fait 8.673 tués et 58.636 blessés depuis l'intervention en mars 2015 de la coalition arabe sous commandement saoudien, selon les derniers chiffres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

bur-mah/nbz/feb/ib/plh