NOUVELLES
17/10/2017 05:50 EDT | Actualisé 17/10/2017 06:00 EDT

Ligue des champions - Anderlecht, mangeur d'entraîneur

Trois matches de Ligue des champions, trois entraîneurs différents sur le banc: qui dit mieux qu'Anderlecht ? Le club belge accueille le PSG mercredi en C1, avec Hein Vanhaezebrouck assis sur ce siège pas très confortable et déjà très éjectable.

Les champions de Belgique ont loupé leur début de saison. Sur tous les tableaux. Après dix journées, les Mauves ne sont que 5e de la Pro League à neuf points du leader, le FC Bruges.

Et en Ligue des champions, le bilan est cinglant: deux défaites face au Bayern Munich et au Celtic Glasgow (six buts concédés et aucun inscrit).

Début septembre, le Suisse René Weiler avait été ridiculisé face au Bayern Munich (3-0) avec une composition d'équipe improbable: il avait notamment aligné le milieu offensif Sven Kums au poste d'arrière central...

Ensuite, l'Argentin Nicolas Frutos, coach intérimaire, n'avait pu empêcher la débâcle face au Celtic (0-3). Limogé par La Gantoise -- qu'il avait conduit au titre de champion de Belgique il y a deux saisons -- Vanhaezebrouck a été recruté il y a dix jours par la direction bruxelloise pour redonner de l'éclat au meilleur club belge.

"HVH" est effectivement réputé pour être un entraîneur offensif dont le style correspond à celui de la maison mauve. Face au PSG, Anderlecht ne bétonnera pas, promet-il... "Si on laisse le ballon au PSG, ce sera 0-5 d'office", avance-t-il.

- 'Ne pas montrer trop de respect' -

Le match face au PSG arrive toutefois très tôt pour l'entraîneur belge qui n'a dirigé sa nouvelle formation qu'à une seule reprise, le week-end dernier en championnat face à Malines (victoire bruxelloise 4-3).

"Malheureusement, ce n'est pas moi qui décide du calendrier. Disputer mon premier match au stade Constant Vanden Stock, face au PSG et en Ligue des champions, ce sera triplement spécial pour moi", déclare-t-il.

"Je n'ai forcément pas encore eu le temps d'imposer ma philosophie".

Mais le coach veut transmettre sa "rage de vaincre" à ses joueurs. Pas question de trop respecter les Parisiens.

"Si je vois un joueur qui n'ose pas toucher une star du PSG à cause de la pression, je le sors. Je n'ai jamais demandé à un joueur de +casser+ un adversaire mais il ne faut pas non plus montrer trop de respect", avance ce Flamand qui fait pourtant montre de beaucoup d'égard vis-à-vis de son adversaire.

Le PSG a-t-il des défauts ? "Pas beaucoup. C'est actuellement le meilleur club du monde".

Kylian Mbappé ? "Il a beaucoup de qualité mais on ne parle pas assez de Cavani qui est peut-être le meilleur attaquant de la planète".

Et Vanhaezebrouck ne se fait guère d'illusion sur le résultat de la rencontre. "Tout ce que j'espère, c'est que mes joueurs quittent le terrain sans sentiment de déception".

bnl/pgr/dif