NOUVELLES
17/10/2017 12:04 EDT | Actualisé 17/10/2017 12:52 EDT

Les économies de Montréal et de Québec devraient croître en 2017, dit le Conf. Board

MONTRÉAL — Soutenue par la reprise des secteurs de la fabrication et de la construction, l'économie de Montréal est en voie d'afficher cette année sa meilleure performance depuis le début du siècle, a estimé mardi le Conference Board du Canada.

L'économie de la métropole devrait croître de 3,2 pour cent cette année, a estimé mardi le groupe de recherche dans sa note de conjoncture métropolitaine de l'automne, pour ensuite ralentir et avancer de 2,0 pour cent en 2018.

De son côté, l'économie de la ville de Québec devrait progresser de 2,9 pour cent cette année — sa meilleure performance en 13 ans — pour, elle aussi, ralentir en 2018 avec une croissance de 2,0 pour cent.

Ailleurs au Canada, les régions métropolitaines de Calgary et d'Edmonton devraient afficher les plus fortes croissances au pays, avec des progressions respectives de 4,6 pour cent et 3,9 pour cent.

À Montréal, le secteur de la production de biens devrait renouer avec la croissance cette année pour la première fois depuis 2012. Certains sous-secteurs se distinguent particulièrement, a noté le Conference Board, notamment ceux des produits pharmaceutiques et du matériel d'automatisation.

Le secteur montréalais de la construction affiche aussi des chiffres que le Conference Board a qualifié d'«impressionnants». Après avoir amorcé une reprise en 2016, les mises en chantier de logements pourraient atteindre leur niveau le plus élevé en cinq ans, prédit le groupe de recherche.

L'emploi devrait augmenter en moyenne de 1,6 pour cent par année en 2017 et en 2018 à Montréal, tandis que le taux de chômage devrait reculer au taux record de 6,5 pour cent en 2018.

À Québec, «l'embellie économique» s'étendra à tous les secteurs, mais la croissance sera «particulièrement forte» dans les industries productrices de biens, prévoit le Conference Board. L'emploi dans cette région devrait progresser de 1,6 pour cent cette année et de 1,9 pour cent l'an prochain, et le taux de chômage devrait reculer à 4,4 pour cent en 2018.