NOUVELLES
17/10/2017 07:20 EDT | Actualisé 17/10/2017 07:40 EDT

Brexit: l'UE joue la montre "pour obtenir plus d'argent" (Davis)

Le ministre britannique chargé du Brexit David Davis a accusé mardi l'Union européenne de jouer la montre "pour obtenir de nous plus d'argent" dans les négociations du Brexit.

"Ils jouent la montre pour voir s'ils peuvent obtenir de nous plus d'argent et franchement, c'est ce qui se passe, c'est évident pour tout le monde", a-t-il déclaré devant les députés.

"Ca prendra du temps, mais je suis sûr que nous arriverons à obtenir un résultat satisfaisant pour tout le monde", a ajouté le négociateur en chef britannique.

Le règlement financier est l'un des aspects les plus délicats des négociations de la sortie du Royaume-Uni de l'UE. Bruxelles en a fait une priorité, avec le sort des citoyens européens et les onséquences du Brexit pour l'Irlande, avant toute discussion sur les futures relations.

David Davis a assuré que des avancées avaient été faites sur la question des droits des citoyens et que les discussions sur la frontière irlandaise avaient progressé "autant que possible". Mais il a prévenu que les engagements financiers "ne peuvent arriver que plus tard".

"Nous avons atteint les limites de ce que nous pouvons atteindre" dans les négociations, a-t-il ajouté, appelant à passer à l'étape suivante : la future relation entre les deux parties.

David Davis a espéré que les dirigeants de l'UE, réunis en sommet jeudi et vendredi à Bruxelles "reconnaîtront les progrès faits et donneront (au négociateur en chef du Brexit pour l'UE) Michel Barnier un mandat pour avancer sur la lancée et dans l'esprit de coopération qui prévalent actuellement".

Lors de leur sommet, les dirigeants européens doivent décider si des "progrès suffisants" ont été faits dans les trois dossiers prioritaires avant de pouvoir évoquer la future relation commerciale.

M. Davis a participé lundi soir à un dîner de travail réunissant Theresa May, Michel Barnier, et le chef de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, alors que l'inquiétude grandit de voir les négociations entre l'UE et le Royaume-Uni, qui quittera l'Union en mars 2019, s'achever sans un accord.

Theresa May et Jean-Claude Juncker ont convenu "d'accélérer les efforts" pour un accord sur le Brexit. Le porte-parole de Mme May a qualifié mardi la rencontre de "productive", et ajouté que les dirigeants "avaient convenu de la nécessité de progrès rapides". ar-pau/fb/mr