NOUVELLES
10/10/2017 18:31 EDT | Actualisé 10/10/2017 18:40 EDT

Mondial-2018 - A Buenos Aires, la délivrance après la souffrance

Les supporteurs argentins n'en pouvaient plus de hurler leur bonheur après la qualification pour le Mondial, enchantés par le triplé du quintuple Ballon d'or Lionel Messi, souvent critiqué mais étincelant mardi contre l'Equateur (3-1).

Maximiliano Lacasa, un ouvrier de 36 ans, se proclamait adorateur "de Saint Messi". "J'adore Messi, grâce à Dieu, il est avec nous."

Messi a signé un triplé et replacé l'Argentine à la 3e place du classement des éliminatoires sud-américains, synonyme de qualification directe pour le Mondial 2018 en Russie, sans devoir jouer les barrages, alors que l'Argentine était en 6e position avant la 18e et dernière journée.

Au coup de sifflet final, 3-1 pour l'Argentine contre l'Equateur, les supporteurs vêtus du maillot argentin réunis dans le bar El Tablon, dans le centre de Buenos Aires, se sont levés en hurlant, les portions de pizza volaient et les bières se renversaient sur les tables.

Au milieu des Argentins, un Brésilien de passage à Buenos Aires, Marcos Mouras, 28 ans, saluait le numéro 10: "Messi est un ET (extra-terrestre), il vient d'une autre planète, il n'est pas de ce monde. Et l'équipe était mieux organisée ce soir".

- Promesse de vestiaire -

"Messi est le plus grand joueur de l'Histoire. Je suis heureux d'avoir partagé ce que j'ai partagé avec ce groupe", a réagi depuis Quito le sélectionneur Jorge Sampaoli, qui a pris en main la sélection argentine en juin.

Lors d'une conférence de presse, il a révélé que le vestiaire argentin s'était fait la promesse de permettre à Messi de disputer la Coupe du monde en Russie.

Tout avait pourtant très mal commencé pour les Argentins, avec un but équatorien dès la première minute de jeu, qui a plongé le Tablon et ses murs recouverts de maillots d'équipes argentines dans un silence d'enterrement.

L'avenue 9 de Julio, une des principales artères de Buenos Aires qui passe devant le bar, était déserte, comme si un couvre-feu avait été décrété.

La dernière fois que l'agglomération de 13 millions d'habitants avait été paralysée de la sorte, c'était pour la finale de la Coupe du monde 2014, que l'Argentine avait perdue contre l'Allemagne (0-1).

Le but de l'égalisation de Messi a redonné du baume au coeur à l'assistance. Le deuxième et le troisième ont déclenché une explosion de joie, et de commandes de bières au comptoir.

Avant le match, l'ambiance était tendue. "Seul un miracle pourrait les sauver. Je vais prier pour eux", promettait avant le match Maria Cordoba, une opticienne de 64 ans.

Avant le match, les Argentins auraient signé pour une place de barragiste contre la Nouvelle-Zélande. Ils se sont finalement qualifiés directement pour la Coupe du monde.

Signe de l'importance de l'enjeu, le célèbre groupe de rock irlandais U2 a retardé son concert mardi soir à Buenos Aires, pour laisser ses fans voir ce match décisif.

Après la rencontre, des centaines de supporteurs se sont rassemblés autour de l'obélisque, monument emblématique du centre de la capitale argentine, pour célébrer la qualification, en scandant "Messi, Messi".

Lionel Messi a gagné tous les trophées avec Barcelone, mais il doit désormais gagner avec la sélection pour espérer détrôner Maradona dans le coeur des Argentins.

dm-ap/ka/dar