NOUVELLES
10/10/2017 03:11 EDT | Actualisé 10/10/2017 03:20 EDT

L'UE finit de transposer les dernières sanctions de l'ONU contre Pyongyang

L'UE a adopté mardi une série de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord en application d'une résolution adoptée en urgence à l'ONU en riposte à l'essai nucléaire effectué par Pyongyang début septembre.

"Cette résolution a été adoptée le 11 septembre 2017 en réaction aux activités que mène la République populaire démocratique de Corée (RPDC) dans le domaine des armes nucléaires et des missiles balistiques, en violation et au mépris flagrant des précédentes résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies", a souligné dans un communiqué le Conseil de l'UE, qui réunit ses 28 Etats membres.

Les sanctions visant la Corée du Nord constituent le régime le plus sévère actuellement mis en place par l'Union européenne, qui a décrété des mesures punitives contre près de quarante pays au total.

Juste après ce nouvel essai nucléaire nord-coréen, début septembre, les Européens avaient décidé d'aller plus loin que l'ONU en imposant des sanctions supplémentaires. Leur adoption est attendue à la mi-octobre.

Les sanctions adoptées mardi interdisent aux entreprises européennes "de vendre des liquides de gaz naturel" en Corée du Nord et "d'importer des textiles de ce pays", selon le communiqué.

"Les nouvelles mesures comprennent également des limitations imposées à la vente de produits pétroliers raffinés et de pétrole brut" à la RPDC.

"En outre, les États membres ne fourniront pas de nouveaux permis de travail aux ressortissants" nord-coréens "les autorisant à entrer sur leur territoire et à y travailler, dans la mesure où ils sont soupçonnés de générer des revenus qui sont utilisés pour soutenir les programmes illégaux d'armes nucléaires et de missiles balistiques du pays", a précisé le Conseil de l'UE.

Toutefois, des "dérogations" sont "prévues par le Conseil de sécurité des Nations unies à des fins humanitaires ou de subsistance", ajoute-t-il.

A la mi-septembre, l'UE avait déjà inscrit sur sa "liste noire" une personne et trois entités désignées par l'ONU comme participant au programme "illicite" de développement de la bombe nucléaire par la Corée du Nord.

axr/agr/ces