NOUVELLES
10/10/2017 05:05 EDT | Actualisé 10/10/2017 05:20 EDT

Etats-Unis: la modeste croissance sera un peu meilleure que prévu en 2017 et 2018 (FMI)

Le Fonds monétaire international (FMI) a légèrement relevé mardi sa prévision de croissance en 2017 et 2018 pour les Etats-Unis, qui profitent "de conditions financières très accommodantes et d'un fort sentiment de confiance des consommateurs comme des industriels".

La croissance de la première économie mondiale devrait atteindre 2,2% cette année, soit 0,1 point de plus que dans la prévision de juillet, et 2,3% en 2018, soit 0,2 point de plus, selon le rapport du FMI sur les perspectives économiques mondiales.

Ce rythme d'expansion est toutefois en-deçà des 2,3% et 2,5% projetés en avril lorsque le Fonds incluait pleinement les promesses de réformes et de dépenses d'infrastructures de l'administration de Donald Trump.

"Vu les importantes incertitudes politiques, les prévisions du FMI s'appuient désormais sur une politique inchangée alors qu'en avril le rapport tenait compte du stimulus budgétaire émanant des réductions d'impôts", explique le FMI.

Sa directrice générale Christine Lagarde avait relevé vendredi que la réforme fiscale du gouvernement Trump en était encore à l'état "embryonnaire", ne permettant pas "de modéliser" les effets concrets de la refonte des impôts sur le Produit intérieur brut.

Pour cette année, le FMI se montre moins optimiste que la banque centrale américaine (Fed) qui table sur une croissance plus soutenue de 2,4%, puis seulement 2,1% en 2018.

Le FMI note que la politique monétaire de la Fed va continuer à être relativement accommodante vu la diminution de l'inflation qui, entre début 2017 et août, a ralenti de 2% à 1,4%, en raison de facteurs temporaires comme une baisse des prix des abonnements téléphoniques.

Il souligne que les hausses des salaires aux Etats-Unis ont été "particulièrement modestes" et que la masse de salariés qui ne trouvent que du travail à temps partiel est "importante".

Le FMI estime que les taux directeurs vont rester "inchangés" en 2017 entre 1% et 1,25%, comme ils le sont aujourd'hui, tout en notant néanmoins que les marchés financiers anticipent à 70% un nouveau modeste relèvement des taux d'ici décembre. Le Fonds prévoit ensuite plusieurs hausses en 2018 qui les porteraient à 2%.

La Réserve fédérale devrait rester sur la voie d'une normalisation graduelle des taux "en communiquant bien et en suivant les données économiques", préconise le FMI alors que le mandat de la présidente de la banque centrale, Janet Yellen, touche à sa fin en février et que le président Donald Trump semble lui chercher un remplaçant.

- Incertitude politique -

Au rang des risques qui peuvent faire dérailler ces projections économiques, "l'incertitude politique" figure en bonne place.

"C'est une plus grande préoccupation qu'à l'ordinaire", concède le FMI. Elle "reflète notamment la difficulté à prévoir les mesures fiscales et règlementaires de l'administration ainsi que l'adoption possible de restrictions commerciales", s'inquiète-t-il.

"Un virage vers le protectionnisme diminuerait les flux commerciaux et les investissements transfrontaliers et entraverait la croissance mondiale", indique le rapport, sans toutefois citer nommément Washington qui a notamment lancé la renégociation du traité nord-américain de libre-échange Aléna, avec ses partenaires du Canada et du Mexique, et dénoncé l'accord conclu avec les pays riverains du Pacifique.

Autre risque à surveiller: une normalisation monétaire plus rapide que prévu pourrait entraîner une modification des flux de capitaux au détriment des pays émergents et un renforcement du billet vert.

Enfin, le Fonds enjoint les Etats-Unis à investir davantage dans le "capital humain" en facilitant la formation et l'apprentissage, la mobilité des personnels et le soutien financier à l'éducation de la petite enfance.

vmt/Dt/jld/sf