NOUVELLES
10/10/2017 05:23 EDT | Actualisé 10/10/2017 05:40 EDT

Brésil : l'armée de retour dans la favela de Rocinha, à Rio

L'armée brésilienne a fait son retour mardi à Rocinha, la plus grande favela de Rio, pour appuyer une opération coup de poing de la police après de nouvelles fusillades entre bandes rivales de trafiquants de drogue, ont annoncé les autorités.

Un millier de soldats avaient pris position la dernière semaine de septembre dans cette favela où vivent près de 100.000 personnes pour mettre fin à la violence armée entre gangs. Les forces armées avaient quitté Rocinha le 29 septembre, la situation y étant alors officiellement "stabilisée".

Mais, mardi matin, 500 soldats et des blindés sont allés se positionner à l'entrée de la grande favela, notamment dans une zone forestière qui jouxte le quartier aisé de Gávea, dans la Zone sud de Rio, où se cacheraient des trafiquants.

Le secrétariat à la Sécurité de Rio et la Police militaire "ont réalisé aujourd'hui, avec l'appui technique des forces armées, une opération de quadrillage dans la zone forestière de Rocinha", a annoncé le secrétariat sur son compte Twitter, après un week-end de nouvelles fusillades.

"Nous recherchons des armes, des munitions, des explosifs, tous ces matériels utilisés par les factions" rivales, a déclaré à la chaîne de télévision Globo le colonel Roberto Itamar, évoquant une opération "ponctuelle".

Après le retrait de l'armée fin septembre de Rocinha, quelque 500 policiers avaient été envoyés patrouiller dans cette favela où l'incursion d'une bande de trafiquants de drogue voulant détrôner la faction y régnant sur le trafic de stupéfiants avait déclenché les fusillades.

Vendredi dernier, un millier de policiers et de soldats avaient réalisé une opération d'ampleur dans une favela du nord de Rio de Janeiro, Morros dos Macacos, à la recherche de trafiquants impliqués dans les violences à Rocinha et qui se seraient enfuis de cette favela par la forêt.

Un peu plus d'un an après ses jeux Olympiques considérés comme un réel succès, la métropole est aux prises avec une flambée de violences dans les favelas, alimentée notamment par la crise financière que traverse l'Etat de Rio de Janeiro.

Face à l'incapacité de la police à contrôler la situation, le gouvernement fédéral avait envoyé il y a deux mois 8.500 militaires dans la "Ville merveilleuse" pour y maintenir la sécurité.

csc-pt/bds