NOUVELLES
06/10/2017 16:09 EDT | Actualisé 06/10/2017 19:54 EDT

Un Ontarien a plaidé coupable à des accusations de terrorisme à New York

NEW YORK — Un Canadien âgé de 19 ans a plaidé coupable à des accusations de terrorisme aux États-Unis pour un complot visant des lieux emblématiques de New York, dont son métro et Times Square.

L'Ontarien Abdulrahman El Bahnasawy est l'une des trois personnes arrêtées l'an dernier à New York relativement à un complot allégué qui serait inspiré de Daech (le groupe armé État islamique), rapporte le département américain de la Justice.

Cette affaire a été dévoilée vendredi lorsque leur dossier judiciaire a été rendu public.

Selon le communiqué du département, le jeune homme de Mississauga est détenu depuis mai 2016, moment de son arrestation par la police fédérale américaine (FBI).

Les deux autres accusés dans ce dossier sont Talha Haroon, un citoyen américain de 19 ans établi au Pakistan et le Philippin Russell Salic, âgé de 37 ans.

Les autorités américaines allèguent que les trois hommes communiquaient par des services de messagerie en ligne et comptaient prendre d'assaut des sites achalandés de New York pendant le mois du ramadan.

Alors qu'il était au Canada, Abdulrahman El Bahnasawy se serait procuré du matériel pour confectionner une bombe et aurait contribué à mettre la main sur un chalet à proximité de New York pour y fabriquer des engins explosifs.

Abdulrahman El Bahnasawy et Talha Haroon étaient entrés en contact avec un agent infiltré du FBI qui prétendait être un sympathisant de Daech.

Selon le communiqué, Abdulrahman El Bahnasawy avait dit à l'agent que «ces Américains ont besoin d'une attaque» et qu'il aspirait à «créer le prochain 9/11». Les deux hommes auraient également prêté allégeance à Daech.

La Gendarmerie royale du Canada affirme avoir collaboré avec le FBI dans cette enquête qui «illustre bien comment les forces de l'ordre doivent continuellement travailler ensemble pour amasser des preuves, indépendamment d'où elles pourraient être trouvées, pour prohiber ceux qui commettent des atrocités terroristes.»

Par communiqué, la GRC a maintenu que la sûreté du public n'a jamais été mise en péril.

Des accusations de complot pour utiliser des armes de destruction massive et de complot pour commettre des actes terroristes dépassant des frontières nationales — deux chefs passibles de peine d'emprisonnement à vie — ont été portées contre le Canadien.

Le prononcé de sa peine est prévu le 12 décembre, tandis que les deux autres accusés devraient être extradés vers les États-Unis pour subir leur procès.