NOUVELLES
06/10/2017 07:13 EDT | Actualisé 06/10/2017 07:20 EDT

Opération de la police et de l'armée dans une favela au Brésil

Un millier de policiers et de soldats ont déclenché tôt vendredi une opération d'ampleur dans une favela du nord de Rio de Janeiro, à la recherche de trafiquants de drogue impliqués dans les récentes violences dans une autre favela, celle de Rocinha.

Appuyée par des blindés, l'opération a eu lieu à Morro dos Macacos, favela enclavée dans le quartier de Vila Isabel, avec pour objectif la capture de 31 trafiquants présumés, a annoncé le Secrétaire à la sécurité de Rio de Janeiro.

Les militaires ont encerclé la favela, se positionnant ensuite en des endroits stratégiques, tandis que les hommes de la police, y compris de la police militaire, se mettaient à la recherche de suspects, sous le regard anxieux des habitants.

Les autorités ont dans un premier temps annoncé 11 arrestations.

Cette opération coup de poing intervient deux semaines après des fusillades et l'intervention de 950 soldats et policiers à Rocinha, la plus grande favela de Rio qui compte près de 100.000 habitants.

Les forces de l'ordre étaient restées près d'une semaine dans cette favela de la Zone Sud, qui jouxte les beaux quartiers de la "Ville merveilleuse", après l'arrivée de trafiquants de drogue pour y prendre, à un autre groupe, le contrôle du trafic de stupéfiants.

Les soldats et les policiers avaient été retirés de Rocinha une fois la situation officiellement "stabilisée" dans la favela, où les autorités ont toutefois promis l'envoi de quelque 500 hommes.

Les autorités soupçonnent des membres de gang en fuite après cette opération d'avoir trouvé refuge à Morro dos Macacos.

Ces bandits "ont non seulement participé à la première incursion (dans Rocinha) mais ils représentent en fait un groupe important de la faction 'Amigos dos Amigos' (ADA) dans la zone Nord. Ainsi, il est possible que cette (favela) leur serve de base pour de futures incursions", a expliqué le porte-parole de la police Marcos Vinícius Braga à la chaîne de télévision GloboNews.

Un an après les JO de Rio, la métropole est aux prises avec des violences qui touchent en priorité les favelas où s'entasse près d'un tiers des 6,5 millions d'habitants de la ville.

csc-pt/bds