NOUVELLES
05/10/2017 08:04 EDT | Actualisé 05/10/2017 21:32 EDT

Rien n'indique que l'assaillant de Marseille avait des liens avec Daech

TUNIS, Tunisie — Le premier ministre de la Tunisie a dit, jeudi, que son gouvernement n'avait aucune preuve que le Tunisien qui a récemment poignardé deux femmes à Marseille avait des liens avec des groupes extrémistes.

Alors qu'il rencontrait son homologue français à Tunis, le premier ministre Youssef Chahed a condamné l'attaque de dimanche, affirmant que rien ne pouvait justifier de tels actes barbares.

Le premier ministre français Édouard Philippe a ajouté que les deux pays avaient accepté de collaborer davantage sur les questions de sécurité et sur la lutte contre les attaques terroristes et la radicalisation.

Les autorités françaises ont identifié l'assaillant comme étant Ahmed Hanachi, un Tunisien de 29 ans.

Il a été tué par des soldats peu après l'attaque dans une gare de Marseille, qui a causé la mort de deux cousines.

Daech (groupe armé État islamique) a revendiqué l'attaque. Les autorités françaises ont confirmé qu'Ahmed Hanachi avait regardé des chants islamiques sur YouTube, mais ils n'ont trouvé aucun lien ferme entre lui et Daech, ni de signes indiquant qu'il s'était radicalisé.

Cinq personnes soupçonnées de l'avoir aidé ont été arrêtées.