NOUVELLES
05/10/2017 07:28 EDT | Actualisé 05/10/2017 07:40 EDT

Le Hamas désigne son N.2, accusé par Israël d'être derrière des attentats

Le Hamas a annoncé jeudi avoir élu comme numéro deux officiel du mouvement islamiste palestinien Salah al-Arouri, un cadre en exil accusé par Israël d'être le cerveau de nombreux attentats.

Israël, en pleines grandes fêtes juives, n'avait pas réagi jeudi après-midi à cette annonce.

Le bureau politique du Hamas, la direction du mouvement composée de 18 membres, a élu Salah al-Arouri au poste d'adjoint de Ismaïl Haniyeh, a indiqué à l'AFP un responsable du mouvement sous le couvert de l'anonymat.

M. Arouri a contribué à la création du bras armé du Hamas, mouvement qu'il a rejoint en 1987, indiquent les médias du Hamas.

Il a été emprisonné par Israël pendant 15 ans après avoir été déclaré coupable d'avoir formé des cellules militaires en Cisjordanie occupée. Trois mois après sa sortie de prison en 2007, Israël l'avait de nouveau incarcéré pendant trois ans. Il avait été libéré en 2010 à la condition qu'il s'exile.

Il aurait ensuite vécu en Turquie puis au Qatar après la normalisation des relations entre Israël et la Turquie en 2016. Selon des sources au Hamas, il réside aujourd'hui au Liban.

L'interdiction d'entrée sur le territoire turc de Salah al-Arouri faisait partie selon des responsables israéliens des termes de la normalisation avec la Turquie. Ankara n'a jamais confirmé sa présence en Turquie.

Le Hamas, considéré comme un groupe terroriste par Israël, les Etats-Unis ou l'Union européenne, a livré trois guerres à Israël depuis qu'il dirige sans partage la bande de Gaza depuis 2007.

En 2014, Israël avait accusé le Hamas de l'enlèvement, puis de l'assassinat, de trois adolescents israéliens en Cisjordanie, des morts qui avaient contribué une escalade débouchant sur une guerre dévastatrice dans la bande de Gaza.

Salah al-Arouri avait alors déclaré que le Hamas était responsable de ces assassinats, même si ce mouvement ne les avait jamais revendiqués.

En 2015, le Trésor américain avait annoncé des sanctions à son encontre.

L'élection de jeudi fait officiellement de Salah al-Arouri le numéro deux du mouvement. Mais dans les faits, une grande partie des pouvoirs est entre les mains de Yahya Sinouar, élu en février chef du Hamas pour la bande de Gaza, le fief du mouvement.

Elle intervient par ailleurs sur fond d'efforts en vue d'une réconciliation entre les frères ennemis palestiniens: le Hamas et le Fatah du président Mahmoud Abbas, qui contrôle la Cisjordanie.

az-my-lal/vl