NOUVELLES
05/10/2017 12:41 EDT | Actualisé 05/10/2017 21:32 EDT

La NRA et la Maison-Blanche veulent un contrôle des accélérateurs de tir

WASHINGTON — Le plus puissant lobby des armes à feu aux États-Unis a annoncé jeudi qu'il appuyait une réglementation concernant les accélérateurs de tir («bump stock»), ces dispositifs qui permettent de convertir les fusils semi-automatiques en armes automatiques. Un tel mécanisme semble avoir été utilisé par l'auteur du massacre de Las Vegas.

Cette prise de position de la National Rifle Association (NRA) représente une surprise. Au cours des dernières années, le puissant groupe s'est toujours opposé à tout projet de réglementation concernant les armes. Peu de temps après l'annonce de la NRA, la Maison-Blanche a, à son tour, déclaré qu'elle était ouverte à l'idée.

La NRA semble avoir entendu les commentaires de plusieurs élus républicains bien en vue au Congrès, dont le président de la Chambre des représentants Paul Ryan, qui ont invité les élus à examiner attentivement la question des accélérateurs de tir, un mécanisme peu connu, même chez les mordus des armes à feu.

Dans le communiqué de presse signé par ses deux principaux dirigeants, Wayne LaPierre et Chris Cox, la NRA demande aux autorités américaines «de vérifier immédiatement si ces dispositifs sont conformes à la loi fédérale». Le lobby souligne que ces mécanismes qui permettent de transformer les fusils semi-automatiques en armes automatiques devraient faire l'objet d'une réglementation supplémentaire.

La porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Huckabee Sanders, a dit que le gouvernement Trump était très ouvert à un débat sur la question.

Le président Donald Trump a discuté du sujet avec des parlementaires à son retour de Las Vegas, mercredi, a indiqué le député républicain du Nevada Mark Amodei.

Ces accélérateurs de tir visent à aider les gens ayant des faiblesses manuelles à utiliser un fusil semi-automatique sans avoir à appuyer sur la gâchette. Ils permettent ainsi d'accroître la cadence de tir de 45 à 60 coups la minute pour la faire passer de 400 à 800 coups la minute, selon le cabinet de la sénatrice Dianne Feinstein, qui a présenté un projet de loi visant à les interdire.

Le gouvernement américain avait approuvé la vente de ces mécanismes en 2010 après avoir conclu qu'ils étaient conformes à la réglementation fédérale.