NOUVELLES
05/10/2017 02:36 EDT | Actualisé 05/10/2017 02:40 EDT

Iran: la ville de Qom interdit le narguilé

Le procureur général de Qom a interdit l'usage du narguilé dans tous les lieux publics de cette ville du nord de l'Iran, ont rapporté jeudi plusieurs médias iraniens.

"La consommation de tabac et l'usage du narguilé sont interdits dans les salons de thé traditionnels, les restaurants traditionnels, les restaurants, les cafés, les hôtels et les auberges, les parcs et tous les autres lieux publics de Qom", a annoncé le procureur, Mehdi Kahé, cité par l'agence semi-officielle Isna.

L'interdiction du narguilé sera communiquée par voie d'affichage public "dans les prochains jours" aux fins de "prévenir la population", a ajouté le magistrat, cité également par les agence Fars et Mehr, proches des conservateurs.

M. Kahé a invoqué des motifs de santé publique pour justifier cette décision. Les contrevenants s'exposeront aux poursuites prévues par la loi et les établissements ayant servi des narguilés à leur clients "seront fermés", a-t-il a ajouté.

L'interdiction du tabac dans tous les lieux publics (à l'exception de la rue) est entrée en vigueur en 2006 en Iran, mais elle est très variablement respectée.

En 2008, le gouvernement était revenu sur sa volonté d'interdire strictement le narguilé dans les salons de thé traditionnels ("ghaveh khaneh", en persan, soit "maison de café", bien qu'on n'y serve que du thé) après plusieurs manifestations de tenanciers de ces établissements populaires affirmant que cela les priverait de 90% de leurs recettes.

Selon les derniers chiffres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 19,2% des hommes et 0,6% des femmes fument quotidiennement en Iran, pays d'environ 80 millions d'habitants.

Ville sainte et grand centre théologique chiite à environ 120 km au sud de Téhéran, Qom est l'une des villes les plus conservatrices de la République islamique.

neg-mj/hj