NOUVELLES
05/10/2017 08:33 EDT | Actualisé 05/10/2017 08:40 EDT

France: croissance revue à la hausse pour 2017 (+1,8%)

L'Institut national de la statistique Insee a relevé sa prévision de croissance pour la France, la voyant accélérer à 1,8% en 2017, un niveau "inédit depuis 2011" témoignant de l'optimisme qui gagne le pays depuis quelques mois.

Dans son point de conjoncture publié jeudi, l'Insee table désormais sur une hausse du Produit intérieur brut (PIB) de 0,5% aux troisième et quatrième trimestres.

Des chiffres qui permettront la croissance d'accélérer sur l'année à 1,8%, "après trois années de croissance modeste autour de 1%". Dans sa précédente prévision, publiée en juin, l'Insee anticipait 1,6% de croissance en 2017.

Une telle performance serait du "jamais vu depuis 2011", a souligné Dorian Roucher, chef de la division Synthèse conjoncturelle de l'Insee, lors d'une conférence de presse.

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire avait déjà estimé dimanche que la croissance s'établirait sans doute "autour de 1,8%".

Si cela se concrétise, il s'agira d'une bonne nouvelle pour l'exécutif, qui pourra compter sur des recettes supplémentaires alors qu'il s'est fixé pour objectif de réduire le déficit public à 2,9% du PIB cette année.

De son côté, le taux de chômage devrait refluer à 9,4% en fin d'année, reculant de 0,6 point par rapport à 2016, selon l'Insee.

Mais sur le seul second semestre, les créations nettes d'emplois vont nettement marquer le pas, s'établissant à 41.000 emplois, après 154.000 au premier. Une conséquence de la réduction du nombre de contrats aidés décidée par le gouvernement, qui va faire baisser les effectifs du secteur non marchand.

L'activité économique sera portée au second semestre par une hausse de 5% de l'investissement des ménages sur l'année, "une croissance inédite depuis 2006".

L'investissement des entreprises devrait aussi accélérer, à +3,9% après +3,4% en 2016, en dépit de la fin de la mesure de suramortissement des investissements productifs.

L'indicateur du climat des affaires, qui a atteint en septembre son plus haut niveau depuis début 2011, signale un "optimisme marqué de la part des chefs d'entreprise" en ce qui concerne leurs perspectives, selon l'expert de l'Insee.

edy-jah/soe/jk/mr