NOUVELLES
05/10/2017 12:59 EDT | Actualisé 05/10/2017 13:20 EDT

Colombie: la mission de l'ONU chargée du cessez-le-feu gouvernement-guérilla ELN

Le Conseil de sécurité des Nations unies a renforcé jeudi sa mission de la paix en Colombie en la chargeant de surveiller le cessez-le-feu intervenu entre le gouvernement colombien et les guérilleros de l'Armée de libération nationale (ELN).

Après plus d'un siècle de lutte armée, la Colombie a franchi dimanche une nouvelle étape vers la paix grâce au premier cessez-le-feu bilatéral de son histoire avec l'ELN, dernière guérilla de Colombie, qui est entré en vigueur à minuit.

Cette suspension des hostilités est temporaire: elle court jusqu'au 9 janvier dans un premier temps et pourra être prolongée. Mais elle est hautement symbolique: l'ELN n'avait jamais accepté de trêve depuis qu'elle avait pris les armes en 1964.

Lors d'un vote unanime, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté une résolution proposée par le Royaume-Uni qui répond favorablement à une demande du gouvernement colombien et de l'ELN de surveiller le cessez-le-feu.

En vertu de ce texte, la mission de l'ONU rendra compte régulièrement au Conseil de sécurité de l'application du cessez-le-feu.

En juillet, le Conseil avait créé à l'unanimité une nouvelle mission en Colombie pour aider les rebelles de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxiste) à réintégrer la société et ainsi favoriser le processus de paix.

La résolution avait établi une nouvelle mission onusienne de vérification, avec une entrée en fonctions le 26 septembre à l'expiration du mandat de la mission précédente.

Les Farc ont contrôlé pendant des décennies des zones dans lesquelles la culture des feuilles de coca, ingrédient de base de la cocaïne, était florissante. Dans le cadre de l'accord de paix, les fermiers devaient recevoir des subventions pour se tourner vers d'autres cultures et des milliers de combattants en prison devaient être amnistiés.

Le double mandat du contrôle des cessez-le-feu entre gouvernement et FARC et gouvernement et ELN est assuré par quelque 120 observateurs internationaux déployés en Colombie dans le cadre de la mission onusienne.

En plus d'un demi-siècle, le complexe conflit armé colombien a impliqué une trentaine de guérillas, des milices paramilitaires d'extrême droite --officiellement démobilisées depuis 2006-- et les forces de l'ordre, faisant au moins 260.000 morts, plus de 60.000 disparus et 7,1 millions de déplacés.

prh-lbc/elm