NOUVELLES
26/09/2017 16:16 EDT | Actualisé 26/09/2017 19:42 EDT

Miles: un tireur d'élite de longue distance, un atout de taille dans la NBA

VICTORIA — En C.J. Miles, les Raptors de Toronto ont acquis un tireur d'élite de longue distance, ce qui est devenu un atout de taille dans la NBA.

Les tirs de trois points sont un art en soi mais pour aider à leur réussite, le but est de faire une passe parfaite.

«Il faut des passes vives, précises et faites au bon moment, a dit l'entraîneur Dwane Casey. Je sais que ça sonne comme des conseils qu'on entendrait pour un entraînement à l'école primaire, mais nous voulons des passes vives dès l'échauffement.

«Comme toute autre chose au basket, ça vient avec l'habitude. Ça peut devenir ennuyant à pratiquer, mais ça fait partie du jeu.» 

Le camp d'entraînement des Raptors débutait vendredi, à l'Université de Victoria.

Miles est un athlète de six pieds six et 255 livres, engagé au coût de 25 M $ pour trois ans. Jouant avec les Pacers la saison dernière, il a établi un sommet personnel avec un taux de réussite de 41,3 pour cent lors des tirs de trois points.

Lowry a dominé Toronto avec un taux de conversion de 41,2 pour cent, la saison dernière. Le taux de réussite de Miles l'a classé au 12e rang de la NBA.

Avant les Pacers, Miles était un membre des Cavaliers et c'est leur entraîneur de l'époque, Mike Brown, qui l'a amené à raffiner ses tirs de longue distance.

«Il m'a dit sans détour, 'tu tires bien, mais je ne pense pas que tu travailles assez sur cet aspect-là de ton jeu. Les situations où on t'insère dans le match, il est surtout question de tirer. Alors pourquoi pas te centrer là-dessus et tenter de devenir le meilleur tireur que tu peux être?', a dit Miles, un Texan de 30 ans.

«C'est à partir de là que j'ai changé ma façon de m'entraîner. J'ai commencé à centrer mon jeu davantage là-dessus.»

Miles a parlé quelques fois à ses nouveaux coéquipiers avant le camp. En séjour à Los Angeles pendant l'été, il est allé manger avec plusieurs d'entre eux. Il est aussi arrivé à Toronto un peu plus tôt, s'entraînant avec les jeunes joueurs.

«Mais j'avais bien hâte au début du camp, dit-il. On apprend à connaître les gars et leurs personnalités.»

Et vice versa. Il reste à voir si Miles sera un partant ou pas, le statut étant aussi convoité par Norman Powell. Miles dit être à l'aise dans un cas comme dans l'autre.

«Ça va dépendre de la chimie qui s'installe, a dit Casey. En ce moment, il n'y a pas de première, de deuxième ou de troisième unité. Nous allons simplement voir comment ça se développe.»

Les Raptors vont affronter les Clippers de Los Angeles à Honolulu les 1er et 4 octobre, puis les Trail Blazers à Portland, le 5 octobre. Ils vont accueillir Detroit le 10 octobre, avant de conclure les matchs préparatoires le 13 octobre, à Chicago.

Toronto entamera la saison régulière le 19 octobre à domicile, face aux Bulls.