NOUVELLES
26/09/2017 12:16 EDT | Actualisé 26/09/2017 15:42 EDT

Les leaders républicains annulent le vote du Sénat pour abroger l'Obamacare

WASHINGTON — Devant la perspective d'une défaite assurée, les leaders du Parti républicain ont décidé, mardi, d'annuler le vote prévu sur l'abrogation de la loi sur les soins de santé promulguée par l'ex-président Barack Obama.

En quittant un lunch rassemblant des sénateurs républicains réunis pour discuter des prochaines étapes dans ce dossier, le sénateur du Kansas Pat Roberts a déclaré que le leader républicain au Sénat et d'autres dirigeants avaient convenu d'annuler le vote puisqu'ils n'étaient pas parvenus à rassembler le nombre de voix nécessaires. Un autre sénateur, Jeff Flake de l'Arizona, a confirmé à son tour qu'il n'y aurait pas de vote.

Ce revirement marque une nouvelle défaite dans ce dossier pour le président Donald Trump et le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell. En juillet, le Sénat contrôlé par les républicains avait rejeté trois tentatives similaires. Un échec qui avait rendu furieux les partisans conservateurs et poussé Donald Trump à publier une série de critiques envers Mitch McConnell sur son compte Twitter.

L'un des instigateurs du projet de loi pour éliminer le programme connu sous le nom «Obamacare», le sénateur Lindsey Graham de la Caroline du Sud, insiste pour continuer la lutte et honorer la promesse électorale républicaine. Plusieurs républicains ont ajouté leur voix pour réaffirmer leur volonté de modifier la loi sur les soins de santé.

L'abandon de cette plus récente tentative était devenu inévitable, lundi, alors qu'une autre sénatrice avait annoncé son intention de s'y opposer. Elle ajoutait sa voix à celles d'autres sénateurs influents tels John McCain, Rand Paul et Ted Cruz. En raison de leur faible majorité, les républicains ne peuvent se permettre de perdre plus de deux voix.

Le projet de loi abandonné proposait de transformer le financement de l'Obamacare en fonds dédiés aux soins de santé versés aux États et dont ceux-ci pourraient disposer sans trop de contraintes. Il ouvrait aussi la porte aux États pour assouplir les règles du jeu pour les assureurs afin de leur permettre de hausser les primes pour les personnes gravement malades et de vendre des polices de faible couverture à faible coût.

Selon une analyse publiée par la firme de consultants Avalere Health, 34 États auraient vu leur financement en santé réduit avec le projet de loi républicain.

Le représentant démocrate Richard Neal, du Massachusetts, a rapporté que le président Donald Trump avait l'intention de travailler avec les démocrates si les républicains étaient incapables de réussir l'abrogation de l'Obamacare.