NOUVELLES
26/09/2017 07:11 EDT | Actualisé 26/09/2017 07:20 EDT

L'UE ouvre une enquête approfondie sur le projet de fusion Essilor-Luxottica

La Commission européenne a annoncé mardi avoir ouvert une enquête approfondie sur le projet de fusion entre le français Essilor, numéro un mondial des verres ophtalmiques, et l'italien Luxottica, géant des montures de lunettes.

L'exécutif européen a justifié sa décision en expliquant "craindre que cette union réduise la concurrence sur le marché des verres de lunetterie".

Cette décision était largement attendue. Dès l'annonce de cette fusion le 16 janvier, les analystes avaient pointé les potentielles réticences des autorités de la concurrence car le nouvel ensemble deviendrait un fournisseur hégémonique de nombreux opticiens.

"La moitié des Européens portent des lunettes et nous devrons presque tous corriger notre vue un jour ou l'autre", a commenté Margrethe Vestager, commissaire chargée de la politique de concurrence, dans un communiqué.

"Nous devons donc examiner attentivement si le projet de concentration entraînerait une hausse des prix et une diminution du choix pour les opticiens et, in fine, pour les consommateurs", a-t-elle ajouté.

L'exécutif européen dispose désormais d'un délai de 90 jours ouvrables (par conséquent jusqu'au 12 février 2018) pour arrêter une décision. L'ouverture d'une enquête approfondie ne préjuge pas de l'issue de la procédure.

Initialement, les deux groupes avaient prévu de finaliser cette union d'ici la fin de cette année, ou au tout début de 2018, en vue de créer le leader mondial intégré de l'optique, avec un chiffre d'affaires annuel de quelque 16 milliards d'euros et une capitalisation boursière de près de 50 milliards d'euros.

clp/agr/mra