NOUVELLES
26/09/2017 01:23 EDT | Actualisé 26/09/2017 01:41 EDT

Irrité par de nouvelles obligations, Uber claquerait la porte du Québec mardi

MONTRÉAL — L'entreprise de transport Uber annoncerait son intention de cesser de faire des affaires au Québec en raison de nouvelles obligations imposées par le gouvernement du Québec.

La Presse Plus et le Journal de Montréal précisent que l'entreprise américaine qui met en contact des conducteurs d'automobiles et des personnes cherchant à être transportées pourrait faire savoir dès mardi matin sa décision de quitter le Québec. 

Il y a moins d'une semaine, le gouvernement du Québec a confirmé le renouvellement pour un an du projet pilote mis en place en octobre 2016 pour encadrer les activités de la compagnie.

Cependant, il semble qu'Uber n'accepte pas l'exigence d'une formation de 35 heures pour les partenaires-chauffeurs, qui est déjà exigée des chauffeurs de taxi de Montréal, ni le resserrement des vérifications d'antécédents judiciaires, désormais effectuées par la police plutôt que par une firme privée.

La prolongation du projet pilote comprendrait aussi l'imposition d'une inspection tous les 12 mois des véhicules qui transportent des clients.