NOUVELLES
26/09/2017 14:00 EDT | Actualisé 26/09/2017 14:20 EDT

C1 - Le Real et Ronaldo trop forts pour Dortmund

Le Real Madrid, grâce à un doublé de Ronaldo qui poursuit son histoire d'amour avec la Ligue des Champions, s'est imposé (3-1) mardi à Dortmund pour la première fois de son histoire.

"Nous avons fait un grand match, sur un terrain très difficile où le Real Madrid n'avait jamais gagné", s'est félicité l'entraîneur des champions d'Espagne Zinédine Zidane.

Avec cette deuxième victoire en deux matches, le double tenant du titre se place idéalement, même si Tottenham compte également deux succès après son 3-0 à l'extérieur, mardi, contre l'Apoel Nicosie.

Dortmund, avec deux défaites en deux matches (1-3 à Wembley contre Tottenham en ouverture) a en revanche du souci à se faire.

C'était la septième fois que le Real jouait contre Dortmund en Ligue des champions et jamais encore les Espagnols n'avaient gagné un match sur la pelouse des Allemands (trois nuls, trois défaites).

Zinédine Zidane, qui avait perdu en 1997 une finale de Ligue des champions contre Dortmund avec la Juventus (3-1), n'avait pas pris à la légère l'équipe qui enfile actuellement les buts comme des perles en championnat d'Allemagne.

"C'est difficile de jouer ici", avait-il prévenu avant le match. "Le plus important c'est de se créer des occasions".

Privé de Benzema blessé, il avait fait confiance au trio Isco-Ronaldo-Bale pour porter le danger devant. Derrière, en l'absence des deux arrières gauche de métier, Marcelo (cuisse) et du jeune Français de 19 ans Theo Hernandez (épaule), c'est le polyvalent Nacho qui occupait le couloir derrière Ronaldo.

- 110 buts pour Ronaldo -

Ses joueurs ont entendu Zidane et, après quelques premières minutes où le Borussia a tenté de monopoliser le ballon, le Real s'est rapidement créé ses premières situations dangereuses, essentiellement sur des contres joués à la vitesse de l'éclair.

"Dortmund a joué comme ils jouent en Bundesliga, pour avoir la possession", a commenté Zidane.

"Mais ils ont rencontré aujourd'hui une très bonne équipe de Madrid, du début à la fin du match. Ils ont joué leur jeu en pensant qu'ils pourraient nous mettre en difficulté, mais nous les avons très bien contrés."

Le Borussia aurait pourtant pu ouvrir le score si l'arbitre néerlandais M. Kuipers avait sifflé penalty sur une main de Sergio Ramos dans la surface à la 13e minute.

Mais le Real, tout en laissant jouer Dortmund, a vite multiplié les occasions. Carvajal d'abord, puis Isco et Bale tentaient leur chance, et le Gallois trouvait l'ouverture (1-0,) dès la 18e minute, d'une volée limpide sur un bon service de Carvajal.

Et Ronaldo dans tout ça? En panne de but en Liga cette saison, le meilleur buteur de l'histoire de la Ligue des champions, qui rêve d'un cinquième Ballon d'or, attendait juste son heure.

Il a bien tenté sa chance, aux 44e et 45e minutes, contré puis hors cadre. Mais c'est au retour des vestiaires, à la 50e minute, qu'il reprenait victorieusement un centre de Bale (2-0). Le Portugais célébrait son but par un signe de croix, soulagé sans doute de mettre un terme à une longue période de disette.

Une autre équipe que Dortmund aurait peut-être lâché prise. Mais poussés par leurs 80.000 supporters, qui n'ont jamais baissé de ton même avec deux buts de retard, les Allemands revenaient au score quatre minutes plus tard par l'inévitable Pierre-Emerick Aubameyang (2-1, 54e).

Ronaldo mettait pourtant KO le Borussia à la 79e minute, pour son 110e but dans la compétition reine européenne.

"Nous avons joué contre une très bonne équipe de Madrid et Dortmund n'a jamais été au niveau", a reconnu l'entraîneur du Borussia Peter Bosz.

cpb/cd/mca

JUVENTUS FOOTBALL CLUB

Tottenham