NOUVELLES
25/09/2017 14:39 EDT | Actualisé 25/09/2017 18:05 EDT

Un matelot-chef doit comparaître en cour martiale pour agression sexuelle

HALIFAX — Un membre de la Marine royale canadienne est attendu en cour martiale mardi pour faire face à des allégations d'agression sexuelle envers un collègue masculin de grade inférieur.

Le matelot-chef Daniel Cooper, un communicateur naval à la base des Forces armées canadiennes à Halifax, fait aussi face à une accusation de mauvais traitement envers un subordonné découlant du même incident qui serait survenu le 10 novembre 2015.

La police militaire a indiqué qu'au moment des événements, le plaignant était lui aussi un membre des Forces armées. Les deux hommes participaient à un exercice d'entraînement à bord du dernier destroyer en fonction, le NCSM Athabaskan, au large des côtes de l'Espagne.

Les Forces armées canadiennes tentent de mettre fin aux inconduites sexuelles dans leurs rangs depuis que les magazines «L'actualité» et «Maclean's» ont publié, en avril 2014, un long dossier montrant que de nombreux cas d'agressions sexuelles étaient ignorés ou étouffés.

Marie Deschamps, juge retraitée de la Cour suprême, a mené une enquête indépendante sur le problème et son rapport publié en 2015 a décrit une «culture sous-jacente de la sexualisation» chez les militaires qui abandonne à leur sort les victimes d'agressions sexuelles.

Le juge militaire et colonel Mario Dutil présidera la cour martiale dans l'affaire Cooper.