NOUVELLES
25/09/2017 04:48 EDT | Actualisé 25/09/2017 08:28 EDT

Les Kurdes irakiens se prononcent sur leur indépendance face à Bagdad

IRBIL, Irak — Les Kurdes irakiens participaient lundi à un référendum sur l'indépendance de leur région autonome face à Bagdad.

Le résultat du vote n'est pas contraignant et ne se traduirait pas par une indépendance immédiate, mais les leaders kurdes ont prévenu qu'ils profiteraient d'une victoire du «oui» pour faire pression sur le gouvernement irakien afin d'obtenir l'indépendance.

À Ankara, le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé d'intervenir militairement en Irak en réponse au scrutin, en rappelant que l'indépendance des Kurdes est non seulement inacceptable pour son pays, mais une «question de survie».

La quête indépendantiste des Kurdes irakiens est rendue d'autant plus explosive par les vastes territoires qu'ils ont capturés lors d'affrontements avec Daech (le groupe armé État islamique) depuis un an. Ces territoires s'étirent du nord-ouest de l'Irak jusqu'à la frontière avec l'Iran, dans l'est — y compris la riche ville pétrolière de Kirkouk.

Bagdad revendique ces territoires, mais les Kurdes prétendent qu'ils leur appartiennent et les résidants de ces secteurs participent au vote de lundi.

Plus de trois millions de personnes devraient voter à travers les trois provinces qui composent officiellement la région autonome kurde en Irak et dans les territoires contestés.

Les États-Unis, qui comptent parmi les principaux alliés des Kurdes, ont prévenu que le référendum risque de déstabiliser la région et de nuire à la lutte contre Daech.

Le gouvernement irakien avait ordonné dimanche à la région kurde de lui remettre le contrôle de tous les passages frontaliers — y compris ceux dans les aéroports. Bagdad a également demandé aux pays voisins et aux autres à ne traiter qu'avec les autorités fédérales irakiennes  sur les questions portuaires et pétrolières, selon un communiqué diffusé par le conseil de la sécurité nationale.