NOUVELLES
23/09/2017 05:27 EDT | Actualisé 23/09/2017 05:40 EDT

Allemagne - Le Bayern à la fête de la bière... avec la gueule de bois

"Ca va être une journée de m..."! Le directeur sportif du Bayern Munich Hasan Salihamidzic n'a pas donné dans la langue de bois: au lendemain du pitoyable nul à domicile contre Wolfsburg (2-2), la sortie obligatoire des joueurs à la fête de la bière de Munich, samedi, ne pouvait pas plus mal tomber.

Evidemment, les sourires étaient de rigueur devant les caméras et le public se pressait pour faire des selfies avec les stars en culottes de cuir et costumes traditionnels bavarois. Mais le coeur n'y était vraiment pas.

Maniant l'euphémisme, Mats Hummels exprimait la même idée que son directeur sportif. En plus poli: "Ce ne sera pas aussi décontracté que ça aurait pu l'être."

Vendredi soir, contre une équipe qui n'avait plus pris un point à Munich depuis 16 ans, et après avoir mené 2-0 à la pause, le Bayern s'est laissé remonter. Certes, le premier but de Wolfsburg est dû à une faute de main grossière du gardien remplaçant, Sven Ulreich, mais le score final reflète le manque de conviction et d'agressivité d'un Bayern en plein doute.

Le même Hummels, en fin de match, fustigeait ses coéquipiers et, indirectement, son coach: "Nous les avons laissés revenir dans le match (...) nous avions la volonté mais nous n'étions pas bien en place tactiquement. J'ai essayé d'intervenir, mais c'est difficile de parler à tout le monde sur le terrain".

Au lieu de se détendre avant leur déplacement à Paris en Ligue des champions, les Bavarois doivent donc désormais endurer des flots de commentaires négatifs sur leur performance et, pire, sur leur incapacité à jouer durablement à leur meilleur niveau cette saison.

- Coupable inconstance -

Hummels a d'ailleurs usé de vieux clichés pour tenter de ramener l'intérêt sur la confrontation de mercredi face à une équipe parisienne sur un nuage depuis son monstrueux recrutement estival: "En football, chaque jour a sa vérité. Ce sera un tout autre match, et si nous faisons un super-match, tout ira bien de nouveau", a-t-il dit.

"En Ligue des champions, on n'a pas besoin de motiver les joueurs", lui a fait écho Salihamidzic, "nous aborderons ce match totalement différemment (...) mais il faudra être plus concentré et plus déterminé. Nous ne devrons pas faire autant d'erreurs". Point positif: il sera difficile, pour une équipe du calibre du Bayern, de faire plus d'erreurs que vendredi soir.

Le problème bavarois, pour l'heure, est l'inconstance des performances. Le match de Wolfsburg avait été précédé de deux victoires de belle facture, 4-0 contre Mayence et 3-0 à l'extérieur contre Schalke. Mais début septembre en Ligue des champions contre Anderlecht, les champions d'Allemagne avait livré une copie bien terne, peinant pour s'imposer (3-0 dont un but dans le temps additionnel) contre des Belges pourtant nettement inférieurs.

Quant au gardien Ulreich, qui sera dans les buts à Paris en l'absence de Manuel Neuer, opéré du pied et indisponible jusqu'en janvier, il a dignement reconnu son erreur. Personne n'avait osé l'accuser d'avoir été à l'origine du mauvais résultat.

"Son erreur n'a pas influencé le résultat", a dit l'entraîneur Carlo Ancelotti, "le résultat est la conséquence de notre prestation, et elle n'était pas bonne". CQFD.

cpb/cha/mca