NOUVELLES
21/09/2017 09:31 EDT | Actualisé 21/09/2017 09:40 EDT

Yémen: le président Mansour veut que l'aide humanitaire atteigne tout le pays

Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi s'est engagé jeudi devant l'ONU à tout faire pour que l'aide humanitaire atteigne "toutes les zones du Yémen", alors que le pays est coupé en deux et en proie à la plus grave crise humanitaire au monde.

"Nous appelons les Nations unies et la communauté internationale à assumer leurs responsabilités en exerçant des pressions sur les rebelles pour éviter davantage d'effusion de sang et de destructions, et pour que nous puissions permettre l'accès humanitaire", a-t-il déclaré devant l'Assemblée générale.

Alors que le président Mansour s'exprimait devant l'ONU, les rebelles houthis célébraient à Sanaa leur prise de contrôle de la capitale yéménite, il y a trois ans jour pour jour.

Le président yéménite a fustigé la "secte religieuse extrémiste" des houthis, et l'Iran, qu'il a accusé de fournir "un soutien politique, militaire et financier" aux Houthis.

"Cet Etat est résolu à déstabiliser notre région", a lancé M. Mansour. "Une paix durable ne peut être possible que si cet Etat cesse de s'ingérer dans nos affaires, cesse de créer des tensions, cesse de créer des conflits, cesse d'attiser la violence et la haine", a-t-il poursuivi, en appelant la communauté internationale à "contrôler les visées expansionnistes de l'Iran dans la région".

Les rebelles chiites s'étaient emparés de la capitale avec l'aide de forces restées fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh, lui-même évincé du pouvoir en 2012.

Ils ont forcé le gouvernement internationalement reconnu à se réfugier dans le sud et celui-ci n'a dû son salut qu'à l'intervention militaire en mars 2015 de la coalition arabe.

Des combats et des raids aériens meurtriers ont lieu depuis trois ans et le Yémen est quasiment divisé en deux, les rebelles et leurs alliés contrôlant le nord et les forces progouvernementales appuyées par la coalition arabe étant regroupées au sud.

La guerre au Yémen a fait depuis mars 2015 plus de 8.500 morts et près de 49.000 blessés, selon les derniers chiffres de l'Organisation mondiale de la santé. Elle a provoqué "la pire crise humanitaire de la planète", selon les Nations unies.

fff-cf/prh/sha