NOUVELLES
21/09/2017 07:07 EDT | Actualisé 21/09/2017 07:20 EDT

Polémique après l'appel d'un proche de Merkel aux électeurs de droite populiste à s'abstenir

Les électeurs allemands tentés par le vote pour la droite nationaliste feraient mieux de rester chez eux le jour des élections: un appel en ce sens d'un proche d'Angela Merkel crée la polémique à quelques jours du scrutin.

"Appeler à s'abstenir pour les élections législatives est un acte de capitulation des chrétiens-démocrates devant le populisme de droite", a estimé jeudi le ministre social-démocrate des Affaires étrangères Sigmar Gabriel, dans une interview au groupe de presse régionale RND.

Sa critique visait le bras droit d'Angela Merkel à la chancellerie, Peter Altmaier.

Aux yeux de ce dernier, il est "bien entendu" préférable que les électeurs allemands tentés par un vote en faveur du mouvement anti-immigration Alternative pour l'Allemagne (AfD) s'abstiennent de se déplacer dans l'isoloir plutôt que de voter.

"Ils jouent sur les peurs et problèmes des gens, c'est pourquoi une voix pour l'AfD, selon moi, ne peut être justifiée", a-t-il jugé mardi dans une interview à Bild.

Ses propos ont suscité la colère de l'AfD, qui a parlé d'attitude "anti-démocratique" et estimé "qu'Altmaier devait plutôt inviter les gens à voter au lieu d'appeler au boycott".

Mais même au sein de son propre camp, les vues de M. Altmaier ont été contestées par ceux qui voient dans l'abstention l'un des principaux défis des démocraties occidentales.

Angela Merkel elle-même a marqué sa différence jeudi avec son principal conseiller, en appelant les électeurs "à aller voter" et "choisir les partis qui respectent à 100% notre constitution", dans une interview à la chaîne publique ARD.

"J'espère que l'AfD récoltera peu de votes, mais il faut dans tous les cas s'y rendre", lui a fait écho le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière, poids lourd du parti conservateur d'Angela Merkel.

L'AfD paraît assurée de faire son entrée en force dimanche à la chambre des députés, ce qui crée un choc au sein des partis établis, aucun mouvement de ce type n'ayant jamais siégé avec autant de voix au Bundestag: le mouvement est crédité de plus de 10% dans les derniers sondages.

Cette formation fait campagne avec un programme anti-migrants, anti-islam, anti-euro et anti-Merkel. Il appelle aussi régulièrement à ce que l'Allemagne cesse de se repentir pour les crimes nazis, et à se focaliser sur les aspects positifs de son histoire.

dac/ylf/glr