NOUVELLES
21/09/2017 14:55 EDT | Actualisé 21/09/2017 15:20 EDT

La République turque de Chypre du Nord veut taxer les convois de l'ONU

Les dirigeants chypriotes-turcs vont taxer à partir du 1er octobre les convois des Nations unies transportant des biens à destination des Grecs vivant sur leur territoire, a annoncé jeudi le ministre des Affaires étrangères de la République turque de Chypre du Nord, reconnue uniquement par Ankara.

Parlant à New York en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, Tahsin Ertugruloglu a déclaré à l'AFP qu'il allait en informer "en signe de bonne volonté" le secrétaire général adjoint des Nations unies chargé des opérations de paix, le Français Jean-Pierre Lacroix. "La décision sera appliquée à compter du 1er octobre", a-t-il dit.

Aucune réaction n'a pu être obtenue dans l'immédiat auprès des Nations unies.

Selon Tahsin Ertugruloglu, les Chypriotes-Grecs font parvenir des biens aux communautés grecques vivant dans le nord de l'île via des convois de l'ONU. "Nous leur disons que ce n'est pas la peine", a-t-il dit. "Ces gens n'ont pas besoin de ces biens et les vendent aux Chypriotes-Turcs" en profitant d'un passage libre de droits dans la zone démilitarisée séparant les deux entités et contrôlée par les Casques bleus.

Si l'ONU "continue de transporter ces biens vers le nord, alors nous allons devoir imposer des taxes douanières que les Chypriotes-Grecs seront forcés de payer", a expliqué Tahsin Ertugruloglu. Selon lui, d'autres mesures, dont il n'a pas précisé la teneur, pourraient suivre.

Le dernier round de négociations afin de réunifier l'île entre Chypriotes-Grecs et Chypriotes-Turcs, supervisé par l'ONU, s'est soldé le 6 juillet en Suisse par un échec, aucun compromis n'ayant pu être trouvé.

L'île de Chypre, qui compte un million d'habitants, est divisée depuis l'invasion en 1974 par l'armée turque de son tiers nord, en réaction à un coup d'Etat visant à rattacher le pays à la Grèce, qui avait inquiété la communauté chypriote-turque.

Au sud, la République de Chypre est membre de l'Union européenne depuis 2004.

L'échec des négociations cet été ouvre une nouvelle phase dans laquelle l'ONU pourrait ne plus être en mesure d'opérer comme elle le faisait jusqu'à présent, a estimé Tahsin Ertugruloglu.

Les Chypriotes-Turcs discutent désormais de leur avenir avec le gouvernement turc et ont deux options, a précisé le dirigeant chypriote-turc: déclarer un Etat souverain ou former une nouvelle province de la Turquie.

dc/prh/fff/kal