NOUVELLES
19/09/2017 04:28 EDT | Actualisé 19/09/2017 04:40 EDT

Yémen: les rebelles accusés d'entraver le déchargement de nourriture dans un port

La coalition militaire arabe sous commandement saoudien qui intervient au Yémen a accusé mardi les rebelles Houthis de retarder le déchargement de cargaisons, notamment de produits alimentaires, dans le grand port de Hodeida (ouest).

"Les miliciens Houthis, qui contrôlent le port de Hodeida, continuent d'entraver le déchargement de cargos commerciaux chargés de produits essentiels, de vivres et d'aide humanitaire destinés au peuple yéménite", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la coalition.

La coalition a obtenu la confirmation que 15 cargos, chargés de produits alimentaires et de carburants et qui avaient reçu l'autorisation de la coalition d'accoster à Hodeida, étaient toujours en rade, a-t-il ajouté.

"En revanche, les miliciens Houthis ont autorisé d'autres cargos chargés de produits non prioritaires à entrer dans le port, alors qu'ils étaient arrivés après les premiers", a assuré le porte-parole.

Il a affirmé que la coalition était soucieuse de l'approvisionnement du "peuple yéménite en produits essentiels" et accusé les Houthis de "violer tous les principes et tous les règlements" internationaux en entravant l'acheminement de ces produits.

Les rebelles yéménites se plaignent régulièrement des restrictions de la coalition, qui impose l'inspection de cargaisons maritimes au large de Hodeida disant vouloir empêcher l'entrée d'armes au profit des Houthis.

Les Nations unies demandent quant à elles un accès plus facile aux ports yéménites pour faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire dans ce pays déchiré par la guerre.

Le conflit au Yémen a fait, depuis l'intervention de la coalition arabe en mars 2015, plus de 8.400 morts, majoritairement des civils, et quelque 48.000 blessés.

Les rebelles contrôlent la capitale Sanaa, le nord et une bonne partie de l'ouest du Yémen. Les forces progouvernementales, appuyées par la coalition arabe, sont regroupées dans le sud.

Les efforts de médiation de l'ONU et sept accords de cessez-le-feu ne sont pas parvenus à mettre fin au conflit. Le choléra, réapparu en avril dans ce pays pauvre de la péninsule arabique de 27 millions d'habitants, a fait déjà plus de 2.000 morts.

rs-mh/ras/feb