NOUVELLES
19/09/2017 07:48 EDT | Actualisé 19/09/2017 11:02 EDT

Violences contre les Rohingyas: Aung San Suu Kyi brise le silence

NAYPITAW, Myanmar — La leader birmane Aung San Suu Kyi a déclaré, mardi, que son pays ne craint pas le regard de la communauté internationale en plus d'inviter des diplomates à venir constater par eux-mêmes que la minorité rohingya n'est pas la cible d'un nettoyage ethnique.

Les Nations unies estiment qu'environ 421 000 Rohingyas ont quitté la Birmanie pour se réfugier dans le Bangladesh voisin en moins d'un mois. Des centaines de membres de cette minorité musulmane auraient été tuées et leurs villages brûlés.

Dans un discours télévisé, Aung San Suu Kyi a assuré que la «vaste majorité» des Rohingyas qui vivent dans la zone de conflits est restée en Birmanie et que «plus de 50 pour cent de leurs villages sont intacts».

Elle a ajouté que toute personne qui a violé la loi sera punie.

Il s'agissait de la première prise de parole de la lauréate du Prix Nobel de la paix depuis le début des violences. Le 25 août, des insurgés rohingyas ont attaqué des membres des forces de sécurité, ce qui a mené à une violente répression menée par l'armée birmane.

Cible de nombreuses critiques internationales pour ne pas avoir dénoncé plus tôt ces violences, Aung San Suu Kyi a annulé sa participation à l'Assemblée générale des Nations unies qui se tient cette semaine à New York.