NOUVELLES
19/09/2017 12:05 EDT | Actualisé 19/09/2017 12:20 EDT

USA: les méthodes de la police de Saint-Louis au coeur des critiques

Une organisation américaine pour les droits civiques a annoncé mardi qu'elle allait poursuivre en justice la police de Saint-Louis, dans le Missouri, sous le feu des critiques pour sa gestion musclée ces derniers jours de manifestations après l'acquittement controversé d'un policier.

La très influente American Civil Liberties Union (ACLU) a également réclamé des forces de l'ordre de cette ville du Midwest qu'elles conservent toutes les vidéos et autres preuves concernant les violences qui ont émaillé Saint-Louis depuis le week-end dernier.

C'est l'acquittement vendredi d'un policier blanc qui a mis le feu aux poudres: il avait abattu en 2011 un homme noir et le jugement a été perçu par les manifestants comme un énième symbole d'une justice américaine à deux vitesses, toujours défavorable à la communauté afro-américaine.

"Le comportement de la police depuis le verdict rendu vendredi dans l'affaire Stockley prouve que les agissements des policiers doivent être passés au crible", a expliqué à l'AFP Tony Rothert de l'ACLU.

La ville du centre des Etats-Unis a connu des nuits agitées depuis l'acquittement contesté: affrontements, vitres brisées, vandalisme... Les violences ont culminé dimanche lorsque la police, en tenue anti-émeutes, a procédé à 123 arrestations.

Plusieurs témoins ont affirmé au journal local Post-Dispatch avoir été arrêtés alors qu'ils ne participaient même pas aux manifestations. C'est le cas notamment du journaliste du Post-Dispatch Mike Faulk, qui a raconté que des policiers l'ont mis à terre et maintenu sa tête au sol pendant qu'un autre a aspergé son visage de gaz lacrymogène.

Les accusations d'usage excessif de la force et la pression publique ont poussé la maire de la ville, Lyda Krewson, à annuler des événements publics mardi.

"L'intimidation n'est pas un agissement digne du comportement attendu de la part des policiers de la ville ni d'aucun employé municipal", a d'ailleurs assuré l'édile, dont le logement a également été vandalisé.

"Je veux assurer tous les citoyens que leurs plaintes concernant les mauvaises conduites sont étudiées", a-t-elle ajouté.

nov/sha/vog