NOUVELLES
19/09/2017 07:44 EDT | Actualisé 19/09/2017 08:00 EDT

Syrie : Moscou accuse les rebelles de gêner les forces gouvernementales sur l'Euphrate

La Russie a accusé mardi les groupes rebelles syriens soutenus par les Etats-Unis de prendre pour cible les forces de Bachar al-Assad et de gêner leur progression face aux jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI) sur l'Euphrate.

Selon l'armée russe, qui dit se fonder sur les rapports des généraux syriens sur le terrain, les forces gouvernementales font face près de Deir Ezzor, dans l'est de la Syrie, à "un feu soutenu en provenance du nord".

Il s'agit, d'après elle, de zones sous le contrôle des Forces démocratiques syriennes (FDS) appuyées par Washington et où sont positionnées des "forces spéciales" américaines.

Moscou accuse en outre les rebelles syriens d'avoir ouvert des barrages situés en amont de l'Euphrate pour gêner la traversée du fleuve par les troupes de Bachar al-Assad, soutenues par l'aviation russe. Celles-ci ont franchi l'Euphrate lundi afin d'être en mesure de totalement assiéger les jihadistes de l'EI à Deir Ezzor.

"Quelques heures après le début de la traversée du fleuve par les forces syriennes, le niveau de l'eau est monté et la vitesse d'écoulement a doublé pour atteindre deux mètres par seconde", a affirmé le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

"En l'absence de pluie, de tels changements ne peuvent qu'être dus à un déversement artificiel d'eau depuis les barrages situés en amont du cours de l'Euphrate", sous le contrôle des rebelles, poursuit l'armée russe, qui dit y voir davantage qu'une "coïncidence".

"Si la coalition internationale menée par les Etats-Unis ne souhaite pas lutter contre le terrorisme en Syrie, alors qu'elle ne gêne pas au moins ceux qui s'y attèlent de manière continue et efficace", ajoute le ministère.

Selon l'armée russe, les forces syriennes sont parvenues à reprendre à l'EI plus de 60 kilomètres carrés sur la rive orientale de l'Euphrate, où les forces appuyées par les Etats-Unis ont déclenché une offensive distincte contre les jihadistes.

En franchissant l'Euphrate, l'armée gouvernementale s'est rapprochée du théâtre d'opération des FDS, qui assurent ne pas coordonner leurs activités avec le régime ou l'allié russe. Mais il existe une zone censée éviter les incidents entre les différents acteurs engagés sur place, d'après la coalition internationale.

Samedi, les FDS avaient accusé l'aviation russe de les avoir bombardées au nord-est de Deir Ezzor, ce que Moscou dément.

pop/gmo/bds