NOUVELLES
19/09/2017 07:07 EDT | Actualisé 19/09/2017 07:20 EDT

Russie: le chômage sous 5% pour la première fois en trois ans

Le taux de chômage en Russie est repassé en août sous 5% pour la première fois depuis trois ans, selon des statistiques officielles publiées mardi alors que les autorités commencent à s'inquiéter de possibles déficits de main d'oeuvre.

Le rapport mensuel de l'agence fédérale des statistiques Rosstat révèle également une accélération de la consommation des ménages après une baisse de régime en juillet.

Le taux de chômage est retombé à 4,9% de la population active, au plus bas depuis septembre 2014, après 5,1% en juillet et contre 5,6% en janvier.

Contrairement à la crise de 2008-2009, il n'a que peu augmenté lors de la récession qui a frappé la Russie en 2015 et 2016 à cause du plongeon des cours du pétrole et des sanctions occidentales dues à la crise ukrainienne, plafonnant à 6%.

Outre la volonté des grandes entreprises d'Etat de maintenir l'emploi et la part toujours élevée de l'économie parallèle, les experts ont expliqué le phénomène par la conséquence de la baisse de la population active suivant la crise démographique des années 1990.

Si l'espérance de vie a eu tendance à augmenter ces dernières années, la baisse de la population n'est que tout juste compensée par l'immigration.

Alors que l'économie repart et le chômage diminue, la banque centrale a récemment relevé des signes d'apparition de déficit de main d'oeuvre qualifiée dans certains secteurs, tandis que le ministère de l'Economie a jugé que le marché du travail fonctionnait proche d'une situation de pénurie.

La situation démographique est l'un des facteurs faisant craindre aux autorités et à certains économistes de voir la croissance plafonner autour de 1,5% dans les années à venir, loin des objectifs fixés par le président Vladimir Poutine.

Pour l'instant, la reprise se poursuit et se reflète désormais dans la consommation, longtemps à la traîne. Selon Rosstat, les ventes de détail ont augmenté de 1,9% sur un an en août, contre seulement +1,2% en juillet.

Cette progression intervient malgré une baisse de 0,3% sur un an des revenus réels des ménages (mesure la plus large du pouvoir d'achat), plombés par la poussé inflationniste de 2015-2016. Mais les seuls salaires se sont affichés en hausse de 3,7%.

Les analystes du cabinet Capital Economics ont jugé ces chiffres "encourageants": "Alors que l'industrie menait la reprise de l'économie russe ces derniers trimestres, les facteurs soutenant la croissance deviennent plus globaux".

gmo/pop/elp