NOUVELLES
19/09/2017 13:04 EDT | Actualisé 19/09/2017 13:20 EDT

Netanyahu dénonce à l'ONU l'expansion de l'influence iranienne au Moyen-Orient

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a dénoncé mardi l'influence iranienne qui s'étend vers le sud du Moyen-Orient, et a juré de ne pas permettre à Téhéran de s'établir de manière permanente en Syrie.

"De la mer Caspienne à la Méditerranée, de Téhéran à Tartous (ouest de la Syrie, ndlr), un rideau iranien descend sur le Moyen-Orient", a déclaré le Premier ministre israélien, qui a une nouvelle fois dénoncé l'accord nucléaire conclu en 2015 entre les grandes puissances et l'Iran.

"Ceux qui nous menacent d'être anéantis se mettent eux-même dans un péril mortel. Israël se défendra avec toute la force de nos armes et toute la puissance de nos convictions", a-t-il ajouté.

"Nous agirons pour empêcher l'Iran d'établir des bases militaires permanentes en Syrie, pour ses forces aériennes, navales et terrestres", a aussi assuré le Premier ministre israélien.

L'Iran soutient le groupe chiite libanais Hezbollah qui intervient depuis plusieurs années en Syrie en soutien du gouvernement syrien, ainsi que le Hamas qui contrôle la bande de Gaza dans les Territoires palestiniens.

La République islamique d'Iran est également accusée de déstabiliser le Liban et le Yémen.

Lors de son allocution, Benjamin Netanyahu s'en est aussi vivement pris à l'accord sur le nucléaire iranien, également voué aux gémonies par le président américain Donald Trump.

Cet accord vise à contrôler le caractère civil des activités nucléaires iraniennes en échange d'une levée progressive de sanctions pesant sur Téhéran.

Selon M. Netanyahu, cet accord ne vise pas à contenir les ambitions nucléaires et balistiques iraniennes mais au contraire permet à l'Iran de développer ses programmes en s'abritant derrière l'accord. Benjamin Netanyahu a félicité Donald Trump pour son discours anti-iranien prononcé quelques heures auparavant à la tribune de l'ONU. Le président américain a affirmé mardi que "l'accord avec l'Iran était l'une des transactions les pires et les plus biaisées dans lesquelles les Etats-Unis soient jamais entrés".

Selon l'AIEA, l'Agence internationale de l'énergie atomique chargée de contrôler les activités nucléaires iraniennes, Téhéran s'est conformé jusqu'à présent aux termes de l'accord de 2015.

sct/prh/cf/sha