NOUVELLES
19/09/2017 00:56 EDT | Actualisé 19/09/2017 01:20 EDT

Italie: le Mouvement 5 Etoiles choisit son candidat Premier ministre

Le Mouvement 5 Etoiles (M5S, populiste) s'apprête à élire son candidat au poste de chef du gouvernement en vue des législatives prévues début 2018 en Italie, un vote dans lequel le favori Luigi Di Maio affronte sept inconnus.

Agé de 31 ans, M. Di Maio, dauphin désigné du fondateur et patron du M5S, le comédien Beppe Grillo, est actuellement l'un des vice-présidents de la Chambre des députés.

Depuis des mois, le M5S est au coude à coude dans les sondages avec le Parti démocrate (PD, centre-gauche, au pouvoir) avec près de 30% des intentions de vote.

Après le retrait de ses rivaux potentiels ces derniers jours, M. Di Maio sera opposé lors d'un vote électronique réservé aux membres du M5S à six candidats totalement inconnus et une sénatrice qui n'a jamais fait les grands titres.

"Primaires à 5 Etoiles: sept figurants défient Di Maio", estime mardi La Repubblica (gauche), "5 Etoiles, la course solitaire de Di Maio", souligne La Stampa (modéré), tandis que Il Fatto Quotidiano (gauche), le quotidien le plus proche du M5S, écrit: "Vous voulez Luigi ou Di Maio? Un vrai candidat et sept faux".

Le vainqueur de ce vote sera proclamé samedi soir lors d'un meeting du M5S prévu de vendredi à dimanche à Rimini, sur la côte adriatique.

Mais la date du vote n'a pas encore été annoncée, et même s'il était prévu qu'il se déroule pendant la journée de samedi, certains journaux pensent qu'il pourrait être anticipé pour éviter une attaque de pirates informatiques, comme cela s'est déjà produit dans le passé.

Le vote aura lieu sur une plate-forme informatique gérée par une société privée, la Casaleggio Associati, dont le fondateur Gianroberto Casaleggio, décédé en 2016, a été était cofondateur du M5S avec Beppe Grillo.

Ce vote suscite de nombreuses critiques car il ne permet aucun regard indépendant sur le processus, le nombre de votants ou le résultat final. Pour les adversaires du M5S, de droite comme de gauche, les dés sont pipés et le vote est "une blague", d'autant que le mouvement a jusqu'à présent exclu tous les contestataires en son sein.

"Les primaires du M5S organisées comme en Corée du Nord", a ainsi écrit Andrea Marcucci, sénateur du PD.

Par provocation, l'écrivain Roberto Saviano s'est dit lundi candidat à ces primaires "pour sortir le Mouvement de l'embarras d'une situation pathétique, pour ne pas dire bulgare". Mais sa canditature n'a pas été retenue.

ljm/fcc/ia