NOUVELLES
17/09/2017 14:17 EDT | Actualisé 17/09/2017 14:25 EDT

Trump se moque de Kim Jong-un et de Hillary Clinton sur son fil Twitter

SOMERSET, N.Y. — Le président américain Donald Trump s'est moqué du dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, et de son ancienne rivale à la présidence, Hillary Clinton, en l'espace de quelques heures sur son fil Twitter, dimanche.

En matinée, M. Trump a fait référence à Kim Jong-un en parlant de «Rocket Man» («L'homme-fusée»), alors que les conseillers à la Maison-Blanche ont réitéré au leader nord-coréen que son pays pourrait faire face à la destruction s'il ne met pas un frein à ses ambitions nucléaires.

Le président Trump, qui a passé la fin de semaine à son club de golf du New Jersey, a écrit que lui et le dirigeant sud-coréen, Moon Jae-in, avaient discuté lors d'une conversation téléphonique, samedi, de la Corée du Nord et de son dirigeant, «Rocket Man».

Interrogé sur ce qualificatif, le conseiller à la sécurité nationale de M. Trump, H.R. McMaster, a toutefois affirmé qu'il ne «fallait pas trop rire» des fusées «car elles représentent une grande menace pour tous».

M. McMaster a exhorté la Corée du Nord à abandonner son programme nucléaire «parce que le président a dit qu'il ne tolérerait pas ce régime qui menace les États-Unis». Il a rappelé que «toutes les options sont sur la table», dont l'option militaire.

Sur un ton plus caustique, le président a partagé un montage vidéo qui le montre en train de frapper une balle de golf qui, dans la séquence suivante, semble atteindre le dos de Hillary Clinton alors qu'elle entre dans un avion.

La vidéo utilise apparemment des images qui remontent à 2011 lorsque l'ancienne secrétaire d'État était tombée dans les escaliers d'un avion.

«L'élan de golf fantastique de Donald Trump. #Hillarylacorrompue («Crooked Hillary»)», est-il écrit dans le micromessage.

Le président a recommencé à attaquer l'ancienne candidate démocrate depuis qu'elle est revenue sous les projecteurs pour faire la promotion de son nouveau livre sur l'élection présidentielle de 2016. Mme Clinton qualifie le président républicain de «danger pour le pays et le monde».