NOUVELLES
17/09/2017 13:24 EDT | Actualisé 17/09/2017 13:40 EDT

Stars, suspense et politique: les Emmys Awards arrivent

Plus que quelques heures dimanche avant la grand-messe annuelle des Emmy Awards, les plus prestigieuses récompenses de la télévision américaine, avec cette année toujours plus de stars hollywoodiennes, de suspense et surtout de politique.

Le tapis rouge du Microsoft Theater à Los Angeles s'affairait à quelques minutes des premières arrivées d'artistes en tenue de gala, dont des vedettes d'Hollywood comme Reese Witherspoon et Nicole Kidman qui défendront la mini-série "Big Little Lies". La cérémonie démarrera à 17H00 (00H00 GMT).

Elisabeth Moss, en tête des pronostics pour la statuette de meilleure actrice dramatique grâce à sa performance de femme captive et violée dans "La servante écarlate", a mis sur Instagram une photo d'elle en train de se faire masser, masque de beauté sur le visage: "un dimanche tout à fait normal", ironise-t-elle.

Chez les acteurs, c'est Sterling K. Brown qui est en tête des prévisions du site spécialisé Goldderby.com, pour la saga familiale "This is Us" de NBC.

Avec l'absence dans la course de la série culte de HBO "Game of Thrones", qui a raflé le record de 12 statuettes l'an dernier, les paris sont ouverts dans la catégorie meilleure série dramatique, la plus convoitée.

De nouveaux titres comme les oeuvres de science-fiction "Westworld" (HBO), "La servante écarlate" (Hulu) ou encore "Stranger Things" pourraient donc prendre le dessus sur des séries vétérantes comme le thriller politique "House of Cards" (Netflix) ou "Better Call Saul" (AMC).

- 'Comme au cinéma il y a 10 ans' -

Chez les professionnels du petit écran, les préférences étaient éclectiques, signe de l'incertitude qui règne sur le vote des 21.000 membres de l'Académie de la Télévision.

"J'ai trouvé +The Crown+ merveilleusement conçu", a déclaré à l'AFP Tobin Bell, 75 ans, vu notamment dans "Les Sopranos" ou "A la Maison Blanche".

L'actrice de 35 ans Fiona Dourif, qui a joué dans "True Blood" sur HBO, se dit pour sa part enthousiasmée par "Stranger Things", série aux mystères paranormaux évoquant les Spielberg des années 80, ou "La servante écarlate", adaptation du roman de la Canadienne Margaret Atwood qui dépeint un futur totalitaire dans des Etats-Unis tombés aux mains d'une secte chrétienne fondamentaliste.

"Le talent et l'écriture dans la télévision sur les chaînes câblées en ce moment correspondent à ce qu'on trouvait au cinéma il y a dix ans", estime-t-elle, interrogée par l'AFP.

Côté comédies, les jeux semblent plus faits, avec la satire politique "Veep" et son interprète Julia Louis-Dreyfus favorites une fois encore.

La cérémonie des Emmys à Los Angeles, sera la première depuis l'accession de Donald Trump à la Maison Blanche, avec l'animateur de télévision et humoriste Stephen Colbert, virulent critique du président, en maître de cérémonie.

- Boycott des pro-Trump -

Sur Twitter, les partisans du magnat de l'immobilier appelaient à boycotter la retransmission de la soirée pour protester contre Colbert et "les idiots pompeux progressistes d'Hollywood" (@FlowARiverForth), beaucoup postant des photos de Stephen Colbert faisant le salut nazi ou devant une croix gammée.

Signe de l'appétit politique du monde télévisuel, l'émission satirique culte de NBC, "Saturday Night Live", a reçu 22 nominations -le plus grand nombre cette année, à égalité avec "Westworld"- après une année à railler impitoyablement le chef de l'Etat.

SNL a déjà empoché cinq statuettes dimanche dernier aux Creative Emmys, qui récompensent les métiers techniques ou les rôles plus secondaires.

Melissa McCarthy a notamment été primée pour son interprétation survoltée de l'ancien porte-parole décrié de la Maison Blanche Sean Spicer, qui a démissionné en juillet.

L'émission est encore en lice pour cinq autres prix, dont un pour Alec Baldwin, qui a propulsé l'audience de l'émission à des records avec son imitation du président républicain à la coiffure improbable.

ft-ved/fjb