NOUVELLES
17/09/2017 08:40 EDT | Actualisé 17/09/2017 09:00 EDT

GP de Singapour - Les moments clés du week-end

Les moments clés du Grand Prix de Singapour, quatorzième manche (sur 20) de l'édition 2017 du Championnat du monde de Formule 1, remporté dimanche par le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes):

Distance: 61 tours de 5,073 km soit 309,316 km

Temps: chaud vendredi et samedi, avec fortes averses dimanche durant le premier tiers de la course

Podium:

1. Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) les 309,316 km en 2h03:23.544

(moyenne: 142,780 km/h)

2. Daniel Ricciardo (AUS/Red Bull) à 4.507

3. Valtteri Bottas (FIN/Mercedes) à 8.800

Meilleur tour en course: Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) 1:45.008 au 55e tour (moyenne: 173,643 km/h)

Leaders: Hamilton du premier tour au dernier tour

Meilleur temps absolu des qualifications: Sebastian Vettel (GER/Ferrari) 1:39.491 en Q3 (moyenne: 183,562 km/h)

Pole position: 1.39.491

Grille de départ:

1ère ligne:

Sebastian Vettel (GER/Ferrari) - Max Verstappen (NED/Red Bull)

2e ligne:

Daniel Ricciardo (AUS/Red Bull) - Kimi Räikkönen (FIN/Ferrari)

3e ligne:

Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) - Valtteri Bottas (FIN/Mercedes)

Vendredi et samedi: les Red Bull se montrent

Daniel Ricciardo et Max Verstappen se montrent très à leur avantage lors des trois séances d'essais libres. Après avoir fait le choix de subir un maximum de pénalités à Monza comme son équipier néerlandais, l'Australien affiche clairement ses ambitions de victoire à Singapour, lui qui n'a décroché qu'un seul succès en 2017. Ricciardo est d'autant plus confiant qu'il reste sur deux deuxièmes places dans la cité-Etat.

Vendredi: un accord qui rebat les cartes

Les cartes de la Formule 1 pour les saisons à venir sont rebattues avec l'annonce du jeu de chaises musicales entre McLaren qui quitte Honda pour Renault et Toro Rosso qui fait l'inverse. Dans ce chassé-croisé, il est également confirmé que Carlos Sainz Jr va quitter Toro Rosso pour rejoindre Renault en 2018. Sur la sellette depuis des mois, Jolyon Palmer, qui doit lui céder son baquet en fin de saison, est encore davantage fragilisé.

Samedi: Vettel sur le fil

Sebastian Vettel décroche au nez et à la barbe des Red Bull la pole-position. Tremblant, l'Allemand avoue avoir pleuré, une fois la ligne passée. Sur le circuit étroit et sinueux de Marina Bay, où les qualifications sont souvent décisives, il semble détenir un atout majeur pour repasser en tête du championnat le lendemain dimanche. Hamilton, seulement 5e devant son équipier Bottas, paraît lui alors en mauvaise position.

Dimanche: Ferrari se saborde

Départ cataclysmique pour Ferrari, qui voit ses deux monoplaces abandonner après quelques hectomètres.Placé à droite suite à sa pole, Vettel tasse la Red Bull de Verstappen, pris en sandwich à gauche par Räikkönen, ce qui provoque une collision en chaîne Sur le coup, la responsabilité de l'Allemand semble en plus engagée. Conséquence: Les trois monoplaces impliquées abandonnent et les Ferrari ne marquent aucun point pour la première fois depuis novembre 2015 et le GP du Mexique. Elles laissent aussi filer Mercedes vers le titre des constructeurs, avec 102 points de retard sur les Flèches d'argent.

Dimanche: Hamilton engrange

Avec son 60e succès en carrière, Hamilton compte désormais 28 points d'avance sur Vettel et 50 sur Bottas. Profitant du triple abandon de Vettel, Verstappen et Räikkönen, le triple champion du monde a pris les commandes dès le premier tour de la course, neutralisée par l'irruption de la voiture de sécurité. Seulement menacé ensuite par Ricciardo, Hamilton effectue quatre arrêts aux stands, pour chausser notamment des ultra-tendres après 30 tours. A 20 minutes de la fin, le pilote Mercedes ralentit pour préserver ses gommes et regrouper le peloton, au cas où la course serait de nouveau interrompue par la voiture de sécurité. Une tactique qui s'avère gagnante jusqu'au drapeau à damiers.

smr/syd

FERRARI NV

ACCORHOTELS

RENAULT