NOUVELLES
17/09/2017 16:14 EDT | Actualisé 17/09/2017 16:41 EDT

Gémeaux: les artistes continuent de consommer la télé traditionnelle

MONTRÉAL — Alors que tout gratin de la télévision québécoise a défilé sur le tapis rouge du 32e gala des prix Gémeaux, La Presse canadienne a voulu savoir comment les comédiens consomment la télé. S'ils n'ont pas pu résister à la tentation des plateformes alternatives comme Netflix, la grande majorité d'entre eux continue de regarder les chaînes d'ici sur le câble traditionnel.

La comédienne chouchou du public, Guylaine Tremblay, s'avoue cordonnier mal chaussé. «Je fais de la télé, mais je n'ai pas le temps de la regarder!», reconnaît-elle. Elle croit toutefois que le Québec est bien positionné dans le virage numérique de la télé sur demande.

«La particularité du Québec, c'est que les gens d'ici écoutent les émissions d'ici. Ce qui fait aussi la force de notre télé, c'est qu'on a d'excellents auteurs, alors je crois que les habitudes changent, mais que les gens restent à l'écoute», analyse celle qui se retrouve en nomination pour le meilleur premier rôle féminin dans une série dramatique annuelle pour «Unité 9».

Selon le jeune comédien Jean-Philippe Perras, qui a remporté le prix du meilleur rôle de soutien masculin dans une série dramatique annuelle pour «L'Heure bleue», croit qu'il s'agit peut-être d'une question de génération. Lui-même n'a plus d'abonnement à la télévision traditionnelle, «mais ma blonde est abonnée, alors on la regarde chez elle», se défend-il.

Il consomme énormément les plateformes numériques comme Tou.tv et il se réjouit de voir que les possibilités de diffusion se multiplient. «Quand on lance de nouvelles émissions, il y a maintenant beaucoup plus de façons de rejoindre les gens. Je pense qu'il faut en parler un peu plus et expliquer aux gens que ce n'est pas si compliqué que ça d'accéder au contenu en ligne», mentionne-t-il. 

Mitsou Gélinas, elle, se réjouit des outils qui facilitent l'accès à la télévision traditionnelle. «Dans le taxi, en arrivant ici, j'ai actionné mon enregistreur numérique à la maison! Je consomme aussi les autres plateformes. Il y en a qui ont été plus rapides que d'autres et j'ai hâte que tout le monde arrive au même niveau», observe l'animatrice.

Christian Bégin admet sans détour être un dinosaure attaché à son câble traditionnel. Même chose pour Catherine-Anne Toupin qui révèle avoir un plaisir fou à attendre la diffusion de ses émissions favorites. «Quand je commence ma journée et que je sais que ce soir j'ai un épisode de l'Imposteur à écouter, ça rend ma journée tellement plus belle!», raconte-t-elle.

Selon les dernières données disponibles de l'Institut de la statistique du Québec, on observe une forte tendance du déplacement de l'auditoire vers les plateformes numériques. Les marges bénéficiaires des stations de télévision privées commerciales sont passées de 9,3 pour cent en 2010 à -21,2 pour cent en 2015.