NOUVELLES
16/09/2017 02:30 EDT | Actualisé 16/09/2017 02:40 EDT

Syrie: une force aidée par Washington dit avoir été la cible de raids russes

Une alliance de combattants antijihadistes soutenue par les Etats-Unis en Syrie a accusé samedi le régime syrien et son allié russe d'avoir mené des raids aériens contre ses positions dans l'est du pays en guerre.

C'est la première fois que les Forces démocratiques syriennes (FDS) annoncent avoir été la cible d'un bombardement russe.

Les raids ont eu lieu dans la province de Deir Ezzor, la dernière aux mains du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, où des offensives distinctes du régime et des FDS sont en cours pour en chasser l'organisation jihadiste.

L'offensive des forces prorégime soutenues par l'aviation russe se concentre sur la ville même de Deir Ezzor, capitale de la province du même.

Celle des FDS, une alliance de combattants arabes et kurdes appuyée par l'aviation américaine, vise à chasser les jihadistes de l'est de la province. La capitale est située dans l'ouest de la province.

"Nos forces ont été la cible le matin d'une attaque de l'armée de l'air russe et du régime syrien dans la zone industrielle", au nord-est de la ville de Deir Ezzor, on indiqué les FDS dans un communiqué. "Six de nos combattants ont été blessés".

"Au moment où nos forces remportent de grandes victoires contre l'EI à Raqa (nord) et Deir Ezzor (..), certaines parties tentent d'entraver l'avancée de nos troupes", ont accusé les FDS.

Au moment de l'annonce de leur offensive contre l'EI dans l'est de la province de Deir Ezzor, les FDS avaient assuré qu'il n'y avait aucune coordination avec les forces du régime.

Mais, selon la coalition internationale, il existe dans la zone une "ligne de +déconfliction+" pour éviter tout incident entre les multiples acteurs engagés.

Déclenché en mars 2011 par la répression de manifestations prodémocratie et opposant initialement armée et rebelles syriens, le conflit s'est complexifié avec l'implication d'autres protagonistes, d'acteurs régionaux et internationaux et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.

Il a fait plus de 330.000 morts et des millions de déplacés.

ram/tp