NOUVELLES
16/09/2017 05:13 EDT | Actualisé 16/09/2017 05:20 EDT

Mondiaux-2017 - Cap au nord pour Froome, Sagan et les autres

Le cyclisme met le cap au nord, dans la ville norvégienne de Bergen, pour ses Mondiaux annuels sur route, avec Chris Froome et Peter Sagan pour vedettes de l'ouverture et de la conclusion.

Un an après la chaleur et le sable de Doha, les Mondiaux les plus septentrionaux de l'histoire (depuis 1927) s'offrent un tout autre cadre. La Norvège accueille pour la deuxième fois les compétitions, 24 ans après Oslo et les victoires des stars aujourd'hui déchues, l'Allemand Jan Ullrich (amateurs) et l'Américain Lance Armstrong (professionnels), alors à l'orée de leur carrière.

Dans la deuxième ville de Norvège (280.000 habitants), où la pluie est souvent annoncée durant la semaine, l'apothéose est attendue le 24 septembre. Au bout des 276,5 kilomètres de la course réservée à l'élite des "pros", les meilleurs coureurs du monde se disputeront le prestigieux maillot arc-en-ciel que porte depuis deux ans le Slovaque Peter Sagan.

En forme (vainqueur du récent GP de Québec), Sagan vise la 101e victoire de sa carrière qui en ferait un précurseur dans l'histoire du cyclisme. Aucun des quatre coureurs détenteurs du record des trois victoires (Binda, Van Steenbergen, Merckx, Freire) ne s'est imposé trois fois de suite.

Bien qu'il subisse le handicap de la formule des Mondiaux par sélections nationales, en étant moins bien entouré que ses adversaires, le Slovaque se présente en favori. Avec le champion olympique, le Belge Greg Van Avermaet, son habituel rival dans les classiques, et l'Australien Michael Matthews, qui lui a succédé au palmarès du maillot vert du Tour de France.

- Le feu d'artifice près du fjord -

"Une course ne se fait pas à deux ou trois, il y aura de nombreux autres prétendants", prévient cependant Sagan. Entre autres, Edvald Boasson Hagen, devant son public, Julian Alaphilippe, chef de file d'une équipe française désormais dirigée par Cyrille Guimard (le mentor historique de Bernard Hinault), le Polonais Michal Kwiatkowski, champion du monde voici trois ans, le Colombien Fernando Gaviria et Philippe Gilbert, autre atout d'une impressionnante sélection belge.

Avant ce feu d'artifice espéré près du fjord, une partie du peloton "pro" s'exercera au contre-la-montre. Par équipes, dès l'ouverture des compétitions, et en individuel, mercredi prochain, avec un duel théorique entre les lauréats des trois grands tours de la saison. D'une part Chris Froome, le Britannique qui a conquis la Vuelta après le Tour, de l'autre Tom Dumoulin, le Néerlandais vainqueur du Giro.

Aucun des deux rouleurs n'est parvenu jusqu'à présent à gagner le "chrono" des Mondiaux que s'est adjugé pour la quatrième fois, l'année passée, l'Allemand Tony Martin. A égalité avec le Suisse Fabian Cancellara, Martin pourrait devenir le seul détenteur du record en cas de nouvelle victoire. Mais le parcours qui se conclut par l'ascension du Mont Flöyen (3,4 km à 9 %) au-dessus de Bergen est loin de l'avantager.

Dans la course en ligne dames, les Néerlandaises disposent de multiples atouts (Vos, Van der Breggen, Van Vleuten) pour succéder à la Danoise Amalie Dideriksen qui avait créé la surprise au Qatar. Avec, pour partager l'affiche samedi prochain, la Britannique Lizzie Deignan, née Armitstead, couronnée voici deux ans.

Tout au long de la semaine, les compétitions (contre-la-montre pour commencer, course en ligne ensuite) occupent le devant de la scène. A l'exception d'une journée réservée à un match d'un autre genre. Jeudi, le congrès de l'Union cycliste internationale (UCI) décidera de la présidence pour les quatre prochaines années, entre le tenant, le Britannique Brian Cookson, et son opposant, le Français David Lappartient, président de la confédération européenne.

jm/syd