NOUVELLES
15/09/2017 20:45 EDT | Actualisé 15/09/2017 21:00 EDT

Dictature: le Chili divisé sur la protection de l'identité des torturés

Faut-il lever le secret sur l'identité des personnes torturées au Chili sous la dictature ? Le débat fait rage dans ce pays, encore traumatisé par cette période sombre, alors que la présidente cherche à accélérer les procès des bourreaux.

Brûlures des parties génitales, électrocutions, viols par des animaux: c'est justement cet anonymat, prévu pour une durée de 50 ans, qui a fait que nombre de victimes ont osé raconter en 2003 les sévices endurés à la Commission sur la prison politique et la torture, baptisée Commission Valech.

Cette entité, mise en place par le président de l'époque Ricardo Lagos (2000-2006), a entendu 35.000 personnes et établi que près de 28.000 Chiliens avaient été torturés sous le régime militaire, un des plus durs d'Amérique latine.

Ces témoignages ont été compilés dans un rapport secret remis à Ricardo Lagos à l'occasion du 30e anniversaire du coup d'Etat du 11 septembre 1973 qui avait renversé le président socialiste Salvador Allende. Ils ont servi de base à la rédaction d'un volet public, où les noms ne figurent donc pas.

Les mauvais souvenirs de cette page de l'histoire chilienne viennent d'être ravivés par la présidente Michelle Bachelet, elle-même torturée, et sa volonté d'accélérer l'examen d'un projet de loi visant à lever le secret sur ces déclarations.

- 'Les humiliations subies' -

Il s'agit, pour la dirigeante socialiste, de donner accès à la justice aux documents et témoignages fournis à l'époque à la commission, afin de faire avancer "des procès qui peuvent être aujourd'hui paralysés, et de participer concrètement à l'obtention de la vérité", a déclaré lundi la chef de l'Etat socialiste, lors de la commémoration du 44e anniversaire du putsch du général Pinochet.

Elle souhaite suivre l'exemple de la Commission Rettig qui, en 1991, un an après la fin du régime militaire (1973-1990), avait établi les circonstances de la mort ou la disparition de 3.197 personnes, ouvrant la voie à des enquêtes et des procès.

Toutes procédures confondues, en juillet 2016 la justice chilienne conservait ouverts 1.184 dossiers pour crime contre l'humanité, tandis que jusqu'en 2015, 344 anciens agents de la dictature étaient en train de purger leur peine, selon un rapport de l'université Diego Portales.

"Personne n'aime rendre publiques les humiliations subies", a déclaré l'ex-président Ricardo Lagos, ouvertement opposé à cette initiative.

- Jusqu'en 2054 -

Outre les indemnités versées aux victimes, la Commission Valech avait prévu de conserver l'anonymat de ces témoignages pendant 30 ans. Mais le sujet était tellement sensible, que le président Lagos avait porté ce délai à 50 ans, soit jusqu'en 2054.

"Le but était de connaître la vérité et non pas de faire justice. Tous ceux qui venaient témoigner avaient la garantie que leurs déclarations resteraient confidentielles", a poursuivi M. Lagos.

Beaucoup de personnes, a ajouté l'ancien président, "ont témoigné (...) et ont ensuite demandé à ce que leurs déclarations soient effacées, car elles avaient peur".

Si la crainte de représailles s'est estompée avec les années, la honte de voir ses souffrances exposées sur la place publique et devant leurs proches a provoqué une levée de boucliers.

Le témoignage rapporté par l'ex-président Lagos illustre cet embarras. Alors que la Commission Valech était sur le point de conclure ses travaux, une femme, qui avait été régulièrement violée par ses tortionnaires alors qu'elle n'était âgée que de 15 ans, s'était approchée de lui. "J'espère être encore en vie à 80 ans et je ne veux pas que, moi vivante, mes petits-enfants puissent découvrir les atrocités dont a été victime leur grand-mère", a-t-il raconté.

Protégés par l'anonymat, nombre des prisonniers du régime ont avoué avoir dénoncé leurs propres camarades sous la torture, argumente également Ricardo Lagos.

pa/gfe/nn/tup/ol