NOUVELLES
15/09/2017 08:12 EDT | Actualisé 15/09/2017 08:20 EDT

RD Congo: session parlementaire et recensement dans le Kasaï, dernières étapes théoriques avant les élections

Le Parlement a repris ses travaux vendredi en République démocratique du Congo, sous le signe officiel de la préparation des élections toujours prévues fin 2017, tout comme le début du recensement des électeurs dans la région troublée du Kasaï (centre).

La nouvelle session de l'Assemblée et du Sénat a commencé à Kinshasa avec à l'ordre du jour le vote en perspective d'une loi sur la répartition des sièges par circonscription électorale, sans date précise d'examen, a constaté l'AFP.

Or des élections "présidentielle, législatives nationales et provinciales" sont prévues "au plus tard en décembre 2017", selon un accord pouvoir-opposition conclu le 31 décembre dernier sous l'égide de l'Église catholique.

Cet accord était supposé désamorcer la crise politique et les risques de violences liés au maintien au pouvoir du président Joseph Kabila après la fin de son deuxième mandat le 20 décembre 2016. La Constitution ne lui permet pas de se représenter.

Dans son discours d'ouverture, le président de l'Assemblée et secrétaire général de la Majorité présidentielle, Aubin Minaku, a invité la commission électorale et le Conseil national de suivi de l'accord (CNSA) à publier "au plus vite" un calendrier électoral, pour "des élections générales et crédibles, dans un délai accepté, sans précipitation inconsidérée, ni lenteur excessive".

Reprenant des chiffres officiels - et contestés par l'opposition -, M. Minaku a salué le travail de la Commission électorale, qui a déjà recensé "près de 42 millions d'électeurs sur une prévision de plus ou moins 45 millions".

Après la fin du recensement, "notre chambre accordera toute la diligence voulue à l'examen et au vote du projet de loi portant répartition des sièges par circonscription électorale en vue des élections législatives et provinciales", a-t-il précisé.

Terminé ou en cours dans 24 des 26 provinces du pays, l'"enrôlement" des électeurs n'a commencé que mardi dans les deux provinces du Kasaï, théâtre depuis un an de violences entre les forces de sécurité et les milices Kamuina Nsapu.

Le recensement dans le Kasaï doit durer 90 jours à compter de l'ouverture du dernier bureau de recensement dans les deux provinces, indiquent plusieurs source, soit au moins jusqu'à mi-décembre.

mbb-st/thm