NOUVELLES
15/09/2017 01:19 EDT | Actualisé 15/09/2017 01:40 EDT

Porochenko appelle l'UE à ne pas fermer la porte à l'Ukraine

Le président ukrainien Petro Porochenko a appelé vendredi l'Union européenne à ne pas fermer la porte à l'Ukraine et aux autres pays souhaitant y adhérer, ce qui relèverait selon lui d'une "erreur" face à la Russie.

"Malgré certains défis que l'UE traverse aujourd'hui, il est dangereux de laisser dans l'incertitude les pays européens qui aspirent a rejoindre l'Union européenne", a déclaré le président dans son discours lors de la conférence Yalta European Strategy (YES) à Kiev, auquel participe le vice-président de la Commission Maros Sefcovic.

"L'abandon de la politique des portes ouvertes serait une erreur", revenant à donner à la Russie un droit de regard sur la politique étrangère de ses voisins, a-t-il prévenu.

Kiev a déjà signé un accord d'association avec l'UE facilitant surtout les échanges commerciaux, au grand dam de Moscou, et obtenu un régime d'exemption de visas vers la plupart des pays de l'Union.

Au delà, Bruxelles se montre réticent face aux aspirations européennes de l'Ukraine, ex-république soviétique de plus de 40 millions d'habitants qui espère pouvoir déposer en 2020 une demande formelle d'adhésion malgré un sanglant conflit avec des rebelles prorusses dans l'Est et une profonde crise économique dont elle peine à sortir.

Si les 28 refusent à Kiev toute perspective d'adhésion à terme, "cela serait un signal à la Russie qu'une revanche est possible et que l'UE (...) tient compte de soit-disant +intérêts particuliers+ de la Russie dans la région", a souligné M. Porochenko.

L'Ukraine "va poursuivre sa marche vers une entrée à part entière dans l'UE et dans l'Otan", a-t-il assuré.

Kiev coopère activement avec l'Otan sans être officiellement candidate à l'adhésion.

M. Porochenko, un pro-occidental, est arrivé au pouvoir à la faveur du mouvement pro-européen du Maïdan en février 2014 qui s'est soldé par la fuite en Russie et le renversement de son prédécesseur prorusse Viktor Ianoukovitch.

Les protestations du Maïdan ont commencé fin 2013 à Kiev après le refus de la dernière minute de M. Ianoukovitch de signer l'accord d'association avec l'UE.

Souvent vu comme un prélude à une éventuelle adhésion, cet accord a finalement été conclu en 2014 par M. Porochenko et vient d'entrer en vigueur le 1er septembre.

ant/gmo/lb