NOUVELLES
15/09/2017 02:07 EDT | Actualisé 15/09/2017 02:20 EDT

Air Berlin: fin des enchères, décisions attendues après les élections

La compagnie allemande en déconfiture Air Berlin, ébranlée cette semaine par une vague d'"arrêts maladie" de ses pilotes, met fin vendredi à 12H00 GMT à la période d'appel d'offres ouverte il y a un mois pour trouver un repreneur.

Air Berlin, qui a transporté en 2016 quelque 36 millions de passagers, annoncera des "décisions concrètes" le 25 septembre, lendemain des élections générales allemandes.

Lâchée par son principal actionnaire, la compagnie du Golfe Etihad, Air Berlin avait engagé mi-août une procédure d'insolvabilité et donné à ses repreneurs potentiels un mois pour soumettre leurs offres de rachat. Ses principaux actifs comportent 140 avions en leasing et de précieux créneaux de décollage et atterrissage en Allemagne.

"Pour des raisons de concurrence, une compagnie ne peut pas acheter seule Air Berlin", avait averti en août la ministre allemande de l'Économie, Brigitte Zypries.

Favorite, la première compagnie aérienne allemande Lufthansa, qui loue déjà 38 de ses avions pour sa filiale à bas-coût Eurowings (ex Germanwings), pourrait en louer jusqu'à 90, selon la presse.

Mais ses concurrents pour la reprise d'Air Berlin, notamment l'Irlandais Ryanair qui a dit renoncer du coup à entrer dans la course, dénoncent une tentative d'OPA de Lufthansa sur le ciel allemand.

Parmi les autres candidats figurent les investisseurs allemands Hans Rudolf Wöhrl et Utz Classen ou l'Autrichien Niki Lauda, ancien champion du monde de Formule 1, associé au groupe Thomas Cook. La presse cite également les noms d'Easyjet, TUI, propriétaire de la compagnie TUIfly, et Jonathan Pang, propriétaire chinois de l'important aéroport de fret allemand de Parchim (nord-est).

Le patron d'Air Berlin, Thomas Winkelmann, a crié au sabotage des négociations en phase finale lorsque que les pilotes ont déclenché mardi et mercredi une action surprise avec une vague d'arrêts maladie.

Environ 200 vols ont dû être annulés mardi et 9.000 passagers furieux priés de rester chez eux en attendant de savoir s'ils seront ou non remboursés.

"On parle toujours de l'avenir économique d'Air Berlin, et pas de celui de ses 8.000 employés (...) l'avenir de familles entières est menacé", a protesté Christine Behle, représentante du syndicat Verdi.

Le scénario le plus redouté par la direction et l'administrateur judiciaire d'Air Berlin est une liquidation pure et simple de la compagnie, insolvable et qui fonctionne avec une aide d'urgence de 150 millions d'euros consentie cet été pour trois mois par le gouvernement allemand.

dar/cfe/az/lch

AIR BERLIN

DEUTSCHE LUFTHANSA AG

RYANAIR HOLDINGS PLC

EASYJET

ACCORHOTELS

THOMAS COOK GROUP