NOUVELLES
14/09/2017 13:51 EDT | Actualisé 14/09/2017 14:00 EDT

Une centaine de pays signataires d'un appel de Trump à réformer l'ONU

Une centaine de pays, mais pour l'instant pas la France, sont signataires d'une déclaration proposée par les Etats-Unis sur la réforme de l'ONU et qui sera endossée lundi lors d'une cérémonie présidée à New York par Donald Trump, selon des sources diplomatiques.

Cet évènement, planifié à partir d'une initiative américaine, sera co-organisé par les Etats-Unis et 12 autres pays dont l'Allemagne, selon les mêmes sources. La France, qui n'a pas été associée par Washington au projet de déclaration contrairement à Berlin ou Londres, continue de réfléchir à sa position, ont précisé des diplomates.

Lors de la cérémonie, programmée lundi à 14H00 GMT, trois allocutions sont prévues, celle de Donald Trump, de son ambassadrice à l'ONU Nikki Haley et celle du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

Interrogé cette semaine sur sa position, le ministère français des Affaires étrangères s'est borné à répondre que la France "prendrait connaissance avec intérêt" des propositions du président américain présentées à la veille du début de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU au niveau des chefs d'Etat et de gouvernement.

Jusqu'à présent, Donald Trump a plutôt été un critique virulent des Nations unies. Son initiative survient alors qu'Antonio Guterres a lancé un vaste processus de réformes à l'ONU pour améliorer sa cohérence au moindre coût.

Il faut "renforcer le système multilatéral et l'efficacité de l'ONU" face aux grands défis mondiaux et "nous soutenons pleinement, à ce titre, l'action du secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres, et travaillons en ce sens avec nos principaux partenaires à New York", avait déclaré mardi le Quai d'Orsay.

La déclaration politique attendue lundi, dont une version a été obtenue par l'AFP, comprend dix affirmations et engagements visant à rendre "plus efficace et performante" une organisation souvent taxée de lourdeurs administratives trop coûteuses.

Le premier projet de texte, en août, qui soulignait la responsabilité du secrétaire général dans les réformes, avait été partagé par Washington avec quatorze pays de tous les continents: outre le Royaume Uni et l'Allemagne, il avait été envoyé à la Slovaquie, au Canada, à la Chine, à l'Inde, à l'Indonésie, à la Thaïlande, au Japon, à la Jordanie, au Niger, au Rwanda, au Sénégal et à l'Uruguay.

Dans son propre processus de réformes, Antonio Guterres a prévu de soumettre à l'Assemblée générale des rapports sur une meilleure gestion des effectifs, une coordination accrue des instances chargées du développement et une approche plus transversale des domaines de la paix et la sécurité.

Les Etats-Unis sont le premier contributeur financier à l'ONU, assurant 28,5% de son budget d'opérations de paix estimé à 7,3 milliards de dollars, et 22% de son budget de fonctionnement qui atteint 5,4 milliards de dollars.

prh/sf

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!