NOUVELLES
14/09/2017 07:05 EDT | Actualisé 14/09/2017 07:20 EDT

Indépendance de la Catalogne: l'UE tiendra compte de l'avis de Madrid (Juncker)

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a prévenu jeudi qu'il tiendra compte des "arrêts de la Cour constitutionnelle et du Parlement" espagnols pour se prononcer sur l'indépendance de la Catalogue, objet d'un référendum controversé prévu le 1er octobre.

"Nous avons toujours dit qu'en la matière, nous allions suivre, en les respectant, les arrêts de la Cour constitutionnelle espagnole et du Parlement espagnol", a déclaré M. Juncker sur la chaîne Euronews, en rappelant que cette position avait été établie par l'un de ses prédécesseurs à la tête de l'exécutif européen, Romano Prodi.

Si dans ce cadre, "un +oui+ à l'indépendance de la Catalogne voyait le jour (...) nous respecterons ce choix", a continué M. Juncker, tout en ajoutant que cela restait "à voir".

Les séparatistes catalans - majoritaires au parlement régional - ont prévu d'organiser le 1er octobre un référendum d'autodétermination interdit par Madrid.

Les indépendantistes réclamaient depuis 2012 une telle consultation, qui a été déclarée anticonstitutionnelle par la haute Cour. Mais les indépendantistes considèrent la Cour constitutionnelle illégitime et politisée, soulignant que sur 12 magistrats, 10 ont été nommés par des majorités parlementaires conservatrices et le gouvernement de Mariano Rajoy (droite).

En cas d'indépendance, "la Catalogne ne pourra pas devenir le lendemain matin (...) membre de l'Union européenne", a réitéré M. Juncker.

"La Catalogne sera soumise à un processus d'adhésion comme l'ont été les Etats membres qui nous ont rejoints après 2004", a-t-il insisté.

Le président de l'exécutif européen a par ailleurs répondu par une pirouette à une question sur les risques de "fragmentation" de l'Union européenne en raison des velléités d'indépendance d'autres régions, comme l'Ecosse.

"Qui suis-je pour donner un avis éclairé à ceux qui sont tentés par des aventures indépendantistes ?", a plaisanté M. Juncker.

"L'Europe est riche parce que les traditions régionales sont fortes. Mais je ne voudrais pas que les traditions régionales en principe s'érigent en élément de séparation et de fragmentaton de l'Europe", a-t-il averti.

axr/agr/lb

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!