NOUVELLES
02/09/2017 06:07 EDT | Actualisé 02/09/2017 06:20 EDT

Mondial-2018 - La Belgique toute proche de la Russie

La Belgique, largement en tête du groupe H, pourrait se qualifier pour le Mondial-2018 dès dimanche en Grèce, où une victoire validerait officiellement le ticket des Diables Rouges pour la Russie.

Tous les voyants sont au vert pour le capitaine Eden Hazard et ses équipiers.

Après six victoires et un nul, les Belges possèdent six points d'avance sur la Grèce et huit de mieux que la Bosnie.

La Bosnie, battue à Chypre jeudi, et la Grèce tenue dans le même temps en échec par l'Estonie, ont sans doute perdu tout espoir de terminer en tête du groupe H.

Un succès à Athènes qualifierait les Belges. Mais, virtuellement, un point sera suffisant aux hommes de Roberto Martinez, qui possèdent une différence de buts nettement supérieure à celle de ses rivaux.

En sept matches, les Belges ont effet inscrit 33 buts, n'en concédant que deux, et possèdent un avantage de 24 buts sur leurs deux poursuivants au classement. En cas d'égalité de point au terme des trois dernières rencontres, ce net avantage sera décisif.

Mais il ne faudra sans doute pas en arriver à ces comptes d'apothicaire tant les Diables dominent leur sujet depuis le début des qualifications.

Prudence toutefois: en quatre confrontations officielles, les Belges ne se sont jamais imposés en Grèce. Et dans l'enfer du stade Georgios Karaiskakis, ils peuvent s'attendre à être chaudement reçus, par des Hellènes dans l'obligation de l'emporter.

- Hazard épargné, Witsel suspendu, Mitroglou titulaire -

"Ce sera un match musclé. Les Grecs aiment donner des coups. Mais ils ne sont jamais à l'aise quand ils doivent faire le jeu", analyse Eden Hazard, qui ne devrait pas débuter le match.

L'ailier de Chelsea a disputé 77 minutes du match de vendredi face à Gibraltar (9-0), sa première rencontre depuis début juin et une fracture à une cheville.

Mais le prodige formé à Lille n'est sans doute pas encore apte à disputer un match "musclé". Martinez devrait opter pour la prudence et l'épargner dimanche.

Le sélectionneur espagnol de la Belgique devra aussi se passer d'Axel Witsel, son métronome, exclu jeudi et donc suspendu dimanche.

Ces deux hommes devraient être suppléés par Moussa Dembélé et Marouane Fellaini au sein d'un 3-5-2 dont le "Parisien" Thomas Meunier devient un élément de base.

Aligné au milieu droit, l'équipier de Neymar au PSG a réussi l'exploit de signer trois buts et de délivrer trois passes décisives face au (certes modeste) Gibraltar.

Côté grec, il faut s'attendre au retour de Kostas Mitroglou à la pointe de l'attaque.

La toute dernière recrue de l'Olympique de Marseille se remet toujours d'un souci musculaire et n'était pas sur la feuille de match contre les Estoniens jeudi.

Le sélectionneur Michael Stibbe devrait toutefois prendre le risque de l'aligner: "Il n'est pas encore à 100% mais il reste un pur buteur et son expérience est un atout".

Cette expérience sera bien utile à une sélection grecque qui reste sur un piètre bilan d'une défaite et quatre partages consécutifs. Le Bateau Pirate n'a plus gagné depuis près d'un an, et un succès 2-0 en Estonie le 10 octobre 2016.

bnl/chc